Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

lundi 18 mars 2013

[Repack] : Sacco et Vanzetti (VF intégrale)

Réalisation : Giuliano Montaldo
Avec : Gian Maria Volonte, Riccardo Cucciola, Cyril Cusack, Rosanna Fratello, Geoffrey Keen, Milo O' Shea
Nationalité : Italie / France
Genre : Drame
Durée : 120'
Année de production : 1971
Titre original : Sacco e Vanzetti


New York, 1920. Deux Italiens, Nicolas Sacco, cordonnier, et Bartolomeo Vanzetti, marchand de poissons anarchiste, sont arretés et accusés du meurtre de deux hommes commis au cours d'un hold-up. Fred Moore, leur avocat, démontre leur innocence mais le procureur et le juge développent une argumentation imprégnée de xénophobie et de paranoïa antibolchevique. Le jury condamne à mort les deux Italiens.


La célèbre chanson "Here's to you" d'Ennio Morricone, chantée par Joan Baez.
Les paroles s'inspirent du discours de Vanzetti à son procès.

Après les joyeuses pochades que je vous ai proposé dernièrement, j'avais envie de passer à quelque chose d'un peu plus sérieux. Grand film du cinéma italien engagé, Sacco et Vanzetti est toujours incroyablement inédit en DVD ou Blu-ray en France. Pourtant il s'agit une fois encore d'une co-production avec la France.
Sorti en 1971, ce film aura permis de remettre sur la table cette histoire sordide qui avait fait grand bruit durant les années 20. Malgré les preuves de leur innocence et les manifestations qui eurent lieu partout dans le monde, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti furent condamnés à mort pour Hold-up, mais plutôt victime de leur appartenance politique anarchique, ce qui fit d'eux de véritables martyres. Il fallu attendre 50 ans après leur mort pour que le gouverneur Michael Dukakis du Massachussets, reconnaissent officiellement les nombreuses erreurs commisent lors du procès et que les deux immigrants italiens soient enfin réhabilités. Le film n'est sûrement pas innocent dans cette histoire de réhabilitation et c'est en tout cas ce qu'affirme non sans fierté son réalisateur Giuliano Montaldo.
Si cette affaire aux répercussions historique a été adaptée de nombreuses fois sur divers supports (théâtre, télé ou cinéma), ce film-ci est de loin la plus célèbre des versions. Si la mise en scène manque peut-être un peu d'éclat, son casting d'exception (Gian Maria Volonte bien entendu mais également Riccardo Cucciola qui obtint le prix d'interprétation à Cannes) mais peut-être plus encore sa magnifique bande originale (avec le duo Morricone / Joan Baez) l'ont fait entrer dans la légende, ce qui rend son l'absence d'édition française encore plus saugrenue.
Étrange également qu"il soit sorti en France en version cut. Oui, vous m'avez bien lu, la VF de ce film n'est pas complète. Le plus curieux c'est que les coupes sont (heureusement) légères et n'excèdent pas les deux minutes au total. Si elles ne sont pas trop dommageables pour la compréhension du film, il est quand même dommage que le discours de Vanzetti au gouverneur ait été coupé. Peut-être une censure ? Au sujet de cette courte scène, c'est le seul endroit où j'ai dû couper une phrase française car elle était synchronisée sur le début du discours alors qu'en italien cette phrase était située à la fin. Si je la mettais, le discours ne voulait plus rien dire. J'ai bien essayé de caler la phrase française à la fin mais le résultat n'étant pas terrible, j'ai préféré sacrifier celle-ci. Il y avait aussi trois moment où la piste française se répétait curieusement (comme un disque qui saute), j'ai donc essayé de corriger le problème pour que cela s'entende moins car l'effet était bien moche.
En parlant de censure, en Italie, la version diffusée à la télé et en VHS a rendu muet la dernière déclaration de Vanzetti qui s'exclame "Vive l'anarchie" juste avant de griller sur la chaise électrique. Ceci afin de vendre plus facilement le film aux diffuseurs italien... C'est vrai que ça change tout...

Les vrais Sacco et Vanzetti

Afin de réaliser ce repack, j'ai utilisé mon Blu-ray italien ainsi que mon enregistrement VHS de la VF il y a quelques années. Le son n'est pas trop mal bien qu'un peu sourd. Lorsque j'ai pu le faire, j'ai laissé la piste son du Blu-ray sur la musique afin de mieux profiter de celle-ci.
A part les quelques micro-passages coupés, le montage français était pratiquement identiques, ce qui rendit le repack assez facile. Il n'y a guère qu'à la fin que j'ai dû faire quelques réajustements, un plan du montage français étant légèrement plus long au début (on voit un policier ouvrir la porte de la cellule de Sacco alors que sur le montage du Blu-ray, la porte s'ouvre immédiatement). Comme d'habitude, j'ai sous-titré les passages en VO Italienne. Un mot à ce sujet : contrairement aux westerns italiens, le film a été tourné avec le son. La plupart des acteurs étant anglophones et le film se passant aux USA, on peut considérer la version anglaise comme la véritable VO. Si j'ai préféré opter pour la version italienne sur les rares passages coupés, c'est avant tout pour profiter de la voix de Gian Maria Volonte qui ne se doublait pas en anglais.
Si le montage était proche, il y a tout de même des curiosités à souligner. La première étant que les passages en noir et blanc (qui sont pour la plupart de véritables images d'archives) utilisent un filtre rose ou jaune sur le montage français (et probablement italien à l'origine). J'avoue préférer ce dernier qui donne un côté plus original et "vieux journal" à l'ensemble. Le jaune nous renvoie également à l'affiche italienne et la très belle pochette du 45 tours de Joan Baez avec les visages jaunes de Sacco et Vanzetti qui me faisaient bien flipper quand j'étais petit (non, ce ne sont pas les Simpsons).




La seconde curiosité, c'est qu'un gros plan montrant la façade du building pour défendre la cause de Sacco et Vanzetti est écrit en français sur notre master alors que normalement il est en italien (comme on pouvait d'ailleurs le voir sur des plans moins rapprochés). Ceci nous renvoie à l' époque où les passages avec les journaux par exemple étaient tournés dans plusieurs langues. Bien que pas très logique (pourquoi un journal en français aux USA par exemple ?), j'aimais bien ce procédé qui évitait du coup de faire appel aux sous-titres. Je me souviens que le film de Kubrick Eyes Wide Shut, avait utilisé ce procédé au cinéma, mais malheureusement ce n'était plus le cas sur le DVD et le Blu-ray. Toujours au sujet de ce plan, il est fixe sur la montage français alors que sur le montage original, quelqu'un lance un oeuf sur le panneau. La présence de ce détail francophone est peut-être dû au fait qu'il s'agisse d'une coproduction ? Mais pourquoi ne pas avoir fait de même avec les journaux justement ? Drôle d'idée au final et même si l'effort est amusant on aurait largement préféré une VF uncut...



Justement, parlons-en de la VF. Admirable en tous points et dont les voix sont très familières et dont je vous ai parlé pour la plupart. La casting vocal est extrêmement étoffé puisque la plupart ne prononcent que quelques phrases quand ce n'est pas quelques mots ! Jugez plutôt, attention c'est parti : Jacques Deschamps (chef de police interrogant Sacco puis phrase du bourreau à la fin) Jacques Richard (flic qui intérroge Vanzetti), Louis Arbessier (le ministre Palmer), André Valmy (journaliste aux lunettes rondes), Monique Thierry (la femme de Sacco), Henry Djanik (témoin qui doute), Jacques Ballutin (un témoin puis Celestino Madeiros), Gabriel Cattand (le consul qui témoigne), Albert Augier (le traducteur de l'homme à l'appendicite et un témoin), Serge Lhorca (témoin au noeud papillon violet) Roger Rudel (1er jury), George Atlas (le shérif qui tape à la porte du jury), Gérard Ferrat (l'homme qui demande au 1er jury de donner le verdict), Jean-Henri Chambois (Maître Thompson), William Sabatier (homme au guichet qui renseigne Thompson sur le gang Morelli puis l'homme qui donne les renseignements sur les archives), Henri Poirier (hommes à lunettes qui renseigne Thompson sur les Morelli), Perette Pradier (la propriétaire du restaurant qui élève des poules), Michel Barbey (un prisonnier qui témoigne de la santé de Sacco mais aussi un flic),  Jacques Thébault (Morelli), Serge Sauvion (Mancini), Jean Berger (le gouverneur Fuller)... et encore il y en a que je n'ai pas reconnus ! Par exemple, bien que ses voix me soient familières, je n'arrive pas à mettre un nom sur les voix du juge, de Katzmann ou du journaliste qui aide Thompson. Si quelqu'un le sait...
Mais ce n'est pas fini. Milo o' Shea qui joue l'avocat de Sacco et Vanzetti est doublé par Philippe Dumat. Vous le connaissez probablement puisqu'il a doublé de nombreux personnages cultes durant sa belle carrière. Les fans de la saga Star Wars se souviendront de lui pour Obi Wan Kenobi sur Alec Guinness,  mais les fans de dessins-animés ne pourront pas oublier que c'est lui qui prêtait sa voix à l'Oncle Picsou, à l'ignoble Satanas ou encore au Prince Jean du Robin des bois de Walt Disney. Sa voxographie est longue comme le bras et je vous invite à aller la voir sur wikipedia, ça ira plus vite ! Il fut la voix off de la radio Rire et chansons de 2001 jusqu'à sa mort, c'est à dire en 2006. Encore un grand qui nous a quitté.
Nicola Sacco est doublé lui par le champion des champions, le poids lourd du doublage toutes catégorie, je veux parler du grand, de l'incroyable, de l'inimitable Roger Carel. Je ne vous ferais pas l'offense de vous présenter cette légende, l'une des rares personnalité du doublage qui soit connu du grand public, mais citons pour le plaisir quelques uns de ses rôles les plus connus : Asterix, Alf, Kermit la grenouille, Winnie l'ourson, Hercule Poirot, C-3PO/6PO, Jolly Jumper, Benny Hill... Il a décidé de prendre sa retraite l'année dernière (il a quand même 85 ans !) et a donc laissé certains de ses rôles les plus célèbres dans les cordes vocales de Jean-Claude Donda. Si on peut être triste qu'il n'ait donc pas doublé les derniers épisodes d'Hercule Poirot (il en restait si peu !), on murmure qu'il pourrait revenir exceptionnelement doubler Asterix dans son prochain long-métrage par amitié envers Uderzo. Obelix ayant déjà perdu ses deux voix, alors ce serait trop triste qu'Asterix mue à son tour non ? Pour l'anecdote, Roger Carel a doublé Milo o' Shea dans le sympathique film anglais Mystic.
Enfin, Bartolomeo Vanzetti est doublé par Pierre Hatet qui est peut-être entré dans la légende du doublage en doublant Christopher "Doc" Lloyd dans Retour vers le Futur. Il est depuis la voix officielle du comédien qu'il a rarement quitté. A cause de ce rôle, on a tendance à le croire uniquement tourné vers la comédie mais il a pourtant souvent doublé des rôles très sérieux comme celui de Vanzetti. C'est lui qui doublait par exemple Clint Eastwood dans le troublant western Les proies de Don Siegel, Tomas Milian dans Le dernier face à face de Sergio Sollima (c'est Jacques Thébault qui doublait par contre... Gian Maria Volonte !)... Et dans l'animation, comment ne pas citer le Gomez des Mystérieuses Cités d'Or et surtout le Joker de la série animé Batman ? Indubitablement un autre grand du doublage dont on ne se lasse pas d'entendre la voix.
Enfin, j'aimerais parler de la bande annonce française du film (que je n'ai trouvé qu'ici sur Allo Ciné) parce qu'elle me semble intéressante. Dans celle-ci on entend le juge et une partie du discours final de Vanzetti. Les voix ne sont pas celles du film puisque c'est André Valmy qui interprète le juge (alors que dans le film il double le journaliste aux lunettes rondes au début du film par exemple) alors que c'est Serge Sauvion qui interprète Vanzetti (dans le film il double Mancini). Une belle curiosité.


3 commentaires:

  1. Merci pour ce partage et pour le remarquable travail de repack

    RépondreSupprimer
  2. Merci indianagilles, depuis le temps que je voulais le voir. Super boulot !!!

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup indianagilles pour ce repack.

    RépondreSupprimer