Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

samedi 20 septembre 2014

|Repack 2.1] : Tepepa - version intégrale (HD et SD, VF et VO)

Réalisation : Giulio Petroni
Avec : Tomas Milian, Orson Welles, John Steiner, Luciano Casamonica
Nationalité : Italie
Genre : Western
Durée : 131'
Année de production : 1968
Titre original : Tepepa

Titre français alternatif : Trois pour un massacre

À la fin de la révolution mexicaine, Henry Price, un docteur britannique, aide Tepepa, le chef des compañeros, à échapper au peloton d’exécution. Ses intentions n’ont rien d’altruiste puisque cette évasion ne vise qu’à lui permettre de tuer le révolutionnaire lui-même. Mais Tepepa lui fausse compagnie…



Repack 2.1 (le 11/08/16)

Cette version corrige la tonalité de la VF (sauf la musique de l'intro).


Repack 2.0 HD (le 20/09/2014)

Nous continuons de plus belle avec notre belle collection des meilleurs Westerns Italiens en version HD et c'est au tour du magnifique Tepepa de débarquer dans une version à couper le souffle.
Pour une présentation complète de ce film et du boulot autour du repack, je vous invite à lire les archives plus bas.

J'ai quand même un peu envie de vous parler de ce film qui a été très important pour moi. Je le préfère à la référence du genre qu'est El Chuncho. Dans sa version intégrale, le film est pour moi tout simplement parfait. Je suis tombé amoureux de ce film. Ce fut l'un de mes premiers repack, j'étais loin d'être techniquement au niveau d'aujourd'hui et les coupes étaient très nombreuses. Mais je m'étais plutôt bien débrouillé et beaucoup d'entre vous avaient pu enfin découvrir la véritable version de ce film, invisible même en Italie jusqu'au début des années 2000.
C'est aussi avec ce film que je suis devenu un grand fan de Tomas Milian. Je l'avais déjà vu dans Companeros, Colorado ou Far West Story mais je n'avais pas été totalement séduit par l'acteur. C'est avec Tepepa que j'ai "compris" et que j'ai commencé à m'intéresser à cet homme au destin exceptionnel et dont je suis devenu totalement fan.
Grâce au Django Unchained de Tarantino, quelques beaux westerns italiens sont sortis en Bluray en Allemagne. La qualité d'image était au rendez-vous, ça fait vraiment plaisir de voir que certains se décarcassent autant pour des films dit "de seconde zone". Les Allemands aiment et chouchoutent le "bis" italien (que je hais cette appellation), plus encore que les Italiens eux mêmes qui traitent si mal leur propres films avec des éditions souvent indignes de ce nom. Bien entendu, il n'y avait pas de VF et j'ai donc réalisé ce repack HD.
Si le plus gros du boulot était fait avec le premier repack, j'ai quand même refait intégralement les sous-titres pour les scènes en VO et j'ai aussi réglé quelques petits changements mineurs par-ci par-là. Le plus gros changement est au niveau du générique initial : il est plus court et sans bruitage par rapport au DVD Italien. On voit même une énorme coupure sur un des plans. J'ai essayé de remettre les bruitages mais je n'ai pu le faire à cause de la musique. Tant pis, ce n'est pas très grave. Ce qui est bizarre c'est que le générique est en italien et provient donc du master Italien. Pourquoi ce changement ? Encore un mystère qu'on est pas prêt de résoudre. Du coup la version SD lite reste tant qu'à faire mon ancien repack et s'avère donc sensiblement différent au niveau de l'intro par rapport à cette version HD.
Bien que pas mal du tout, l'image est assez bruité et cela se ressentait trop lorsque j'essayait de compresser plus le film. Du coup, pour que cela reste vraiment agréable à regarder, je n'ai pas eu le choix de faire un fichier assez lourd. Bon courage à vous pour prendre ça mais songez aussi à moi qui vous uploade ces maxi fichiers ! Faut dire que je les aime mes camarades cinéphiles. Vous me gâtez tous, c'est la moindre des choses de vous renvoyer l'ascenseur non ? Et cette belle histoire est loin d'être finie, promis !

Repack 1.0 (24/07/2012) :

Et voici le repack du film Tepepa également appelé en France Trois pour un massacre, avec Tomas Milian mais également avec l'immense Orson Welles (dans tous les sens du terme). Ce film de Giulio Petroni a été amputé, massacré par les producteurs à l'époque de sa sortie (peut-être étaient-ils trois ?). Fait rare, ce fut le cas même en Italie. Heureusement, les scènes coupées furent doublées en Italien à l'époque et le DVD de la version intégrale pu enfin rendre honneur à ce chef d’œuvre du Western Italien. La caverne a proposé une version VHSrip de la VF que j'ai utilisé pour réaliser cette version director's cut. J'ai nettoyé la bande son française mais comme il restait quand même un léger bourdonnement, j'ai utilisé au maximum la piste son italienne pour que l'écoute soit la plus agréable possible.
Ce repack a vraiment été un sacré morceau. En effet, la version intégrale comporte près de 35 mn supplémentaires qui transforment un film sympathique mais bancal en véritable chef d’œuvre du Western Zapata ! Nul doute que cette version intégrale est à ranger fièrement aux côté d'El Chuncho, El Mercenario et Il était une fois la Révolution. Tomas Milian n'a d'ailleurs jamais été aussi beau et majestueux que dans ce film. Assurément un de ses plus grands rôles.
Il ne fut pas facile de réaliser une version française complète et potable étant donné le nombre de coupures par-ci par-là. Il y a en effet une infinité de petites scènes coupées, parfois même de simples plans. Certaines phrases ont également été déplacées en français, je me suis donc évertué à les remettre au bon endroit. Parfois, vous entendrez des sautes dans la musique, ceci est dû au fait qu'elle se trouve parfois à des endroits différents sur la VF. J'ai fait tout mon possible pour que cela ne s'entende pas trop, quitte à monter et baisser le volume pour simuler un fondu sonore... La version française possédait d'ailleurs pas mal de coupures étranges sur la musique, sans aucune raison valable. J'ai également corrigé ça lorsque c'était possible. La fin du film a été particulièrement difficile à restituer car la version française n'avait pas les dialogues qui résonnaient dans la tête du docteur comme sur la VO. Mais j'ai réussi à garder cet effet très important et le résultat me semble plutôt pas mal. Non vraiment, je me suis donné du mal pour vous obtenir le top du top.
Malgré sa demi heure de coupures, je n'ai pas eu à sous-titrer plus que ça. Le challenge était cette fois plutôt aisé et j'ai d'ailleurs sous-titré directement pendant le repack et non à la fin comme je le fais d'habitude. J'ai tenté de faire ça de manière vraiment professionnelle, je pense avoir fait de gros progrès depuis mon premier sous-titrage sur Companeros. J'ai tenté de restituer le sens mais sans faire du mot à mot, afin de rendre les phrases plus fluides et plus agréables à suivre. J'ai de plus opté pour une police d'écriture type Western, facile à lire et bien en phase avec le sujet. Je tenais vraiment à vous présenter Tepepa sous son meilleur jour, car il FAUT réhabiliter ce film à tout prix !
Ceux qui connaissent uniquement la version courte de Tepepa vont être vraiment surpris de le redécouvrir ainsi. Cette VF hybride ne vaut certes pas la VO à cause de ces nombreux changements de langue mais elle demeure très agréable car de très grande qualité. En effet, Serge Lhorca sur Tomas Milian et André Valmy sur Orson Welles sont tout simplement merveilleux. Pour l'anecdote, ces deux vénérables comédiens spécialisés dans le doublage sont nés en 1918 et 1919...   et si Lhorca nous a quitté en 2012 à l'age de 93 ans, Valmy lui, est toujours vivant ! Mais je vous rassure, il  aujourd'hui à la retraite. En tout cas, c'est l'un des plus beau repack que j'ai réalisé à ce jour, j'en suis encore plus fier que de celui du Chateau de Cagliostro. J'espère que vous saurez l'apprécier et qu'il vous permettra de découvrir ce bijou injustement maltraité.
N'oubliez pas de me faire part de vos commentaires comme d'habitude. Les critiques négatives sont acceptées, les chèques restaurant aussi.
 
Tierra y libertad ! Ayayaiiiiii !


Liens version MKV 1080p 2.1 VF et VO (10,9 GO) :

http://www.multiup.org/download/8f1ff52468ae22d0c6d55003c7f7d6cf/Tpp.part01.rar
http://www.multiup.org/download/00ced4460521f275bd6d0c00ab50772e/Tpp.part02.rar
http://www.multiup.org/download/5ae1d68ef61bedce9cce89139b961052/Tpp.part03.rar
http://www.multiup.org/download/dc32d09f2225a4821c21f0994d0e18c9/Tpp.part04.rar
http://www.multiup.org/download/2a265881e00fa7695d90f0ae371a37a1/Tpp.part05.rar
http://www.multiup.org/download/3784dc0c7aa3e35a3fbcb4d1ce9d154f/Tpp.part06.rar
http://www.multiup.org/download/4447533143dc7280811f0e1cd3730bfd/Tpp.part07.rar
http://www.multiup.org/download/17eff0c6c10a6314ba6b1f8e06019fa4/Tpp.part08.rar
http://www.multiup.org/download/188d71f684f35e315274ed92d37f0453/Tpp.part09.rar
http://www.multiup.org/download/d66847d94989b1697610735de753a6bf/Tpp.part10.rar
http://www.multiup.org/download/08c2ca0c696d002cbd50080d248f1284/Tpp.part11.rar
http://www.multiup.org/download/c75c8b18bbaf1f0ca814dbf1d55cd0f6/Tpp.part12.rar
Lien version Lite VF :

http://www.multiup.org/download/f9eabaeb124d5653b207bee38d1f450d/TppLite.rar

Mot de passe : indianagilles

41 commentaires:

  1. En un mot "maginifique"
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. superbe, un excellent souvenir et également mon préféré de Milian avec "Companeros".

    RépondreSupprimer
  3. Visiteur occasionnel du blog, savez-vous pourquoi Passion repack à basculé en privé subitement, et comment on pourrait etre invité ?
    J'en profite pour remercier Indianagilles, de nous offrir toutes ces merveilles, et le féliciter de son français écrit pratiquement sans aucunes fautes!!! Denrée plus que rare en 2014.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais malheureusement beaucoup trop de fautes mais beaucoup sont "supportables'' et j'essaye de les corriger quand je les vois, c'est plus agréable :)
      Pour Passion Repack, je n'ai pas de nouvelles, mais il est possible que ce ne soit qu'une maintenance et que cela reviendra donc bientôt à la normale. Sinon je demanderai à Carmelo qui participe activement à ce blog.

      Supprimer
  4. Connais-tu le titre du film tunisien sur le mariage homosexuel ?
    Réponse: Tepepa ("Té pé pas !")

    Voilà, c'était la petite blague du week-end.

    Trève de plaisanterie, moi aussi j'adore ce film. Et dire "j'adore" est la moitié de la vérité. Je le vénère. Contrairement à la majorité des westerns spaghetti que l'on aime un peu par complaisance et par nostalgie, celui-ci est un authentique chef d'œuvre intelligent, passionnant, audacieux et novateur.
    Je l'ai fait découvrir récemment à des novices: ils l'ont adoré et recherchent depuis les autres perles du genre.
    Je l'aime autant que "Le dernier face à face" de Sollima (qui a failli sortir en bluray chez Eureka, mais les fans n'ont eu droit qu'à un dvd car d'après l'éditeur anglais le matériel d'origine ne permettait pas de faire un bluray digne de ce nom).

    Bravo Indiana de t'y être encore une fois collé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 10/10 pour la blague mais faut savoir que plus c'est pourri plus j'aime. Ce n'est donc peut-être pas un énorme gage de qualité en fait ^^

      Supprimer
    2. Elle a le mérite d'être inédite.
      Disons que c'est de l'humour sans prétention, comme si on prenait un pastis au comptoir.

      Supprimer
  5. Que dire encore à propos de ce que nous offre Indiana? S'es tout simplement sublime, et comme je le disais sur Facebook, Indiana est un passionné, donc son travail ne peut être que de trés bonne qualité, ce que l'on peut par contre reprocher à certains de nos éditeurs de DVD, qui sont en manquent d'inspiration, et non pas forcément les compétences cinématographique pour nous réaliser des films, avec des versions, de la documentation, des archives, commentaires etc etc de qualité, et c'est bien dommage, Vive le commerce!!
    merci Indiana
    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui t'étais très énervé sur Facebook même si je comprends tout à fait pourquoi. C'est clair qu'avec leur moyens, on pourrait faire beaucoup mieux.
      C'est pour ça que les petits éditeurs proposent souvent les meilleures éditions, car il y a la passion qui manque au gros. J'ai participé à la future édition du film Torso et crois-moi, je ne suis pas sûr qu'un autre éditeur aurait autant paufiné les détails. Pour te dire, il y a des sous-titres pour les textes italiens... mais aussi les textes anglais. Non ils ne sont pas pareils et ça peu l'auraient fait. Quand je vois des films italiens dont les sous-titres se basent que sur la version anglaise (gag) avec des dialogues sous-titrés quand c'est muet sur la piste italienne etc... j'enrage. Non vraiment, j'ai hâte de voir le résultat et je suis fier d'avoir pu apporter ma touche perso. Ca fait plaisir de bosser pour de vrais passionnés (et je peux te dire que j'en ai ch...).

      Supprimer
  6. en manque de....
    Toutes mes excuses pour ma faute d'écriture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohla, si tu commences à t'excuser pour ça, alors on est tous mal !!!

      Supprimer
  7. Salut Indi,
    Ce n'est pas clair pour moi: pourrais-tu stp m'indiquer les différences majeures entre ta version précédemment proposée de ce film et celle-ci ? (la première déjà proposée en HD si j'ai bon souvenir étant plus que "pas mal")
    A te lire, j'ai l'impression qu'il n'y a plus de "saute-mouton" entre la VOstf et la VF?
    Quant au traitement de l'image, est'il vraiment supérieur ?
    Sujet à sa durée, ta première version était de 127'. Ici elle est de 131'. Et Giré parle dans son bouquin d'une version de 136'. Doit-on s'attendre à une version "ultime" de ta part ?
    Question du générique du début, je me souviens avoir évoqué ce sujet la première fois avec toi. Il y en aurait 3 différents, m'as tu répondu. J'en connais 2. L'italien avec le lettrage du titre qui "balaie" le ciel (comme à la fin de "C'era una volta il West") est superbe. N'était'il pas possible de l'insérer ?
    Pardonne-moi toutes ces questions "techniques" Ami cinéphile.
    Avec tout le respect qu'il t'es dû pour ton travail MAGISTRAL, je te remercie vivement,
    DG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors non c'ets la même version que j'avais fait en privé, j'ai juste remis la VO italienne non sous-titrée. La durée varie plus ou moins selon la vitesse (24,25,29 fps...) mais c'est bien la version complète. Seule truc comme je l'ai dit c'est l'intro qui dans la version HD est plus courte (dommage même si ça change pas grand chose).
      Pour le générique, peut-être que ce que tu dis c'est sur le montage de la VHS ? Je n'ai pas fait gaffe en fait. Je ne peux pas le rajouter sur la copie HD (j'essaye de pas y toucher en plus les montages HD et moi ça fait deux)

      Supprimer
  8. Popopopop, ma foi je l'attendais pas celui-là et pourtant je connaissais l'existence du BR de Koch Media. Je suis tellement impatient de voir ce que va donner le BR de Blue Underground de Companeros (que je vais m'acheter mais je suis sur qu'un jour si le master vaut le coup, on verra ici un nouveau repack) que je n'avais pas pensé à Tepepa. Et on t'aime aussi Indiana. (PS: ni Chuncho ni Tepepa, mon préféré est le dyptique Mercenario/Companeros).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. El Mercenario et Companeros j'adore aussi (surtout le premier) mais ils me semblent plus funs, moins politiques plus... Corbucci quoi !
      En tout cas j'ai également hâte de voir le Bluray de Companeros, qu'on en fasse la version définitive et la boucle sera bouclée pour celui-ci.

      Supprimer
    2. Oui et non, il restera encore à finaliser la trilogie avec Mais qu'est-ce que je viens foutre...Dire qu'un site de VOD le proposait il y a peu. C'est frustrant.

      Supprimer
  9. Pour qui cela intéresse, j'ai "Mais qu'est-ce que je viens foutre..." en copie de moyenne qualité. Mais néanmoins regardable. Enfin, lorsque je dis "regardable",je parle de l'image et du son. Parce que quitte à ne pas être en accord avec certains, je trouve ce 3 ième opus très mauvais.
    Contactez moi via Indi pour plus d'infos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un repack du film mais il me faut l'accord de la personne pour le mettre. Je n'ai toujours pas vu le film par-contre. J'aimerai aussi trouver une meilleure image mais on dirait qu'il n'existe qu'un dvd espagnol cut.

      Supprimer
  10. bonjour , alors là si vous possédez un repack du film "Mais qu'est ce que je viens..." je suis preneur !! ça fait une éternité que je cherche à revoir ce film depuis sa diffusion Tv sur Tf1 il y a au moins 25 ans je pense !!! introuvable sur le net...sinon bravo pour tout ce travail de Titan même si je me contente des premières versions repackées :-)) @bientôt. Mazerno

    RépondreSupprimer
  11. Vu et approuvé, un master assez fabuleux, merci pour le partage Indiana!

    RépondreSupprimer
  12. sacré boulot.respect! et merci mille fois pour ces films que l'on peut voir grace à toi en qualité optimale

    RépondreSupprimer
  13. "Texas" de Valerii sort en Blu Ray -édition intégrale- , Allemagne, cet automne: autre sortie BR allemande, un western avec Peter Lee Lawrence : cf. amazon de . "Le dernier jour de la colère" doit être édité en BR prochainement chez Arrow, Angleterre (l'édition japonaise est coupée et d'une qualité trop moyenne ).

    RépondreSupprimer
  14. "Texas" sort en Blu Ray, cet automne en Allemagne, version intégrale -cf amazon de, un western avec Peter Lee Lawrence aussi-.

    RépondreSupprimer
  15. Un immense merci indianagilles pour ce magnifique travail!!
    Chapeau bas l'artiste!! tout simplement genial!!

    RépondreSupprimer
  16. Ce 15 octobre, venu présenter son documentaire "Django, Trinita, et les autres" dans le cadre du Festival Lumière à Lyon, j'ai eu la chance de rencontrer-trop brièvement- Jean-François Giré. Notamment l'auteur des ouvrages "Il était une fois le Western Européen".
    Et, n'ai pas manqué de lui demander; A quand la sortie de "Tepepa" en France ?
    Mr Giré m'a répondu que le film était sur le point d'être édité par Wild Side. Lui même avait bouclé depuis pas mal de temps le documentaire des bonus.
    Quand, les Ayants-Droit réclamant une somme astronomique- car s'imaginant se faire "de l'or en barre"- ont dû faire renoncer l'Editeur. Alors que la vente de ce genre de cinéma reste "anecdotique" !
    Moralité de l'histoire: je te suis d'autant plus reconnaissant pour ton travail d'orfèvre Indi .
    Bien à toi,
    Un Inconditionnel

    RépondreSupprimer
  17. On trouve sur le site de la production un court extrait, avec des interviews , certaines inédites, d'autres pas (Terence Hill) mais enfin traduites et accessibles en français :

    http://www.lenvolprod.net/actualites.asp?iPage=1&iActu=34

    Espérons un DVD (comme pour les films faits par Claude Le Dû ou d'autres documentaires sur le genre déjà existant en Allemange, par ex. ) ou un accès Youtube, un jour ( cf. les émissions de Marco Giusti ou le documentaire d'Alberto Donati sur les "Trinita").

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Indiana

    J'ai toujours un grand plaisir à me rendre sur ton merveilleux site!
    J'ai pu télécharger sans problème le film Tepepa version intégrale, fichier mkv, que je transforme avec le logiciel Freemakevideo, en format DVD, mais celui-ci m'indique une erreur de gravue quelque soit le DVD utilisé dans mon lecteur graveur!
    Pourrais tu avoir la gentillesse de me donner une indication, sachant que le film en format mkv, est lu jusqu'à la fin sans aucun problème de lecture!

    Un grand merci pour le troisième et nouveau Companeros que j'adore!!
    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là je ne vois pas. Ca te le fait qu'avec ce film là ?
      Mes rip de Bluray je les fais avec DVDFab et je ne crois pas avoir fait quelque chose de spécial avec celui-ci.

      Supprimer
  19. Morale du film : le viol, c'est bien. Ou en tout cas, il vous suffira d'être révolutionnaire communiste pour être réhabilité dans la mémoire de vos pairs...
    Après tout, qu'est-ce qu'une femme comparée à la révolution, pas vrai ?
    Peut-on réhabiliter un tel film ? Pas sûre.

    RépondreSupprimer
  20. Je pense que tu es passée complètement à côté du film, de son message et de sa signification. Tepepa est un symbole de la révolution. Pour ceux qui le suivent, c'est un homme d'honneur, un héros, il représente l'espoir contre l'oppression... Sauf que tout héros a sa part d'ombre et que la réalité est bien plus ambiguë qu'elle n'y parait. Le film oppose finalement ces deux idées : intérêt personnel contre intérêt commun. On a par exemple d'un côté le père qui veut mettre a l’abri son fils en livrant Tepepa aux autorités ou bien sûr le docteur qui n'est au Mexique, un pays qu'il déteste et dont ils se fiche, que pour se venger (sans être sûr que Tepepa ne soit vraiment le coupable). Tout au long du film, on espère et on n'ose croire que Tepepa puisse être coupable. Le fait qu'il soit si sympathique est d'ailleurs encore plus difficile pour le spectateur lorsque l'on apprend enfin la vérité. Pourtant, au fil du film, de nombreux indices montre qu'il ment, qu'il cache quelque chose... Mais non, on se dit qu'il doit y avoir une explication. Sauf qu'aucune ne peut être valable. Pourquoi cache-t-il son geste ? Le regrette-t-il ? A la fin, on réalise qu'il n'en est rien. Il ne regrette rien car pour lui, tous ses agissement sont excusés par ce qu'il est devenu. Il est la révolution et au nom de celle-ci, tout lui est permi. S'il cache ça à ses hommes mais surtout au docteur, c'est parce qu'il veut l'utiliser. Il veut s'en servir lui aussi au nom de la révolution. Il sai que le docteur est dans son bon droit et il reconnaît sa valeur. Mais tout au long du film, il essaye de lui montrer que ce qu'il fait à côté l'excuse de tout. Il a tort, surtout qu'il ne regrette donc pas ce qu'il a fait. Il est aliéné par la révolution. Mais alors qu'il va mourir, son vrai visage apparait enfin. Il tente de se justifier de manière si maladroite qu'on se demande s'il ne veut pas se faire tuer. Je pense qu'il teste le docteur pour voir s'il a réussi à le convertir à sa cause, s'il est devenu l'un des leurs, quelqu'un qui peut faire passer sa vengeance après la révolution. Le petit a aidé Tepapa car lui aussi croit aveuglément à la révolution, il n'est pas en colère contre Tepepa qui l'a tué mais contre son père qui a trahi la révolution. Il est comme Tepepa. Mais le docteur,même s'il comprend la peine des pauvres péons, n'est pas des leurs. Comme le spectateur, il a voulu croire que Tepapa était innocent. Mais à la fin, il craque car Tepepa lui montre clairement qu'il n'a aucun regret, ni aucun sens moral. Malgré cet air sympathique, c'est un monstre ignorant. Cette fin est sublime car elle est terriblement ambiguë : quelque soit la décision du docteur, il n'y a pas de bonne issue. S'il le laisse en vie, sa femme ne sera jamais vengée. S'il le tue, il ne tue pas seulement un homme, un assassin mais aussi le symbole des révolutionnaires. Peux-t-il pardonner l'impardonnable au nom d'une cause apparemment juste ? Son geste est-il égoïste ? Est-ce que quelqu'un à part lui pourra comprendre que l'on tue un tel symbole ? Finalement, lui seul sait ce qu'a vraiment fait Tepapa. Sa vengeance lui coutera également la vie mais comment pouvait-il en être autrement ? D'une certaine manière c'était la seule issue possible : sa femme est vengée et la mort de Tepepa ne fait que rendre son symbole plus puissant, plus pur. La mort a fait de Tepapa un mythe dont il ne reste plus que le bien, tout le mal ayant disparu avec la mort du docteur. Bref, c'est une fin parfaite pour ce qui est, à mon humble avis, l'un des plus grand chef d'oeuvre du genre. J'espère t'avoir un peu éclairé sur tout ça.

    RépondreSupprimer
  21. Le problème pour moi c'est également cette idéalisation de la révolution (le plan final le montre bien). Et pourtant, on ne peut s'empêcher de se dire que le colonel n'est pas un mauvais bougre, qu'il est simplement là pour faire respecter l'ordre public (peut importe qui est aux manettes).
    Aussi, on ne peut que se demander ce qu'il se serait passé si un "chien fou" comme Tepepa avait pris son mal en patience le temps que la loi du nouveau président soit adoptée...
    On a là affaire à côté pile un violeur (pour moi il était clair dès le départ qu'il était coupable, une intuition que la suite n'a fait que confirmer), côté face un communiste enragé. Aucune de ses facettes n'a trouvé grâce à mes yeux. Sa cause n'est plus justifiable, elle n'est plus juste, et c'est pourquoi "son" président l'a lâché : il a reconnu en lui le criminel qu'il était devenu.

    Un autre souci du film (majeur car sur lui repose la suite des événements) c'est le sauvetage de Tepepa par le docteur ! Ceci rien que pour avoir la satisfaction de le tuer lui-même... c'est prendre beaucoup de risque et se mettre toute l'armée d'un pays à dos pour pas grand chose... En réalité il aurait été bien plus simple pour lui de suivre un vieux precepte, attendre que le cadavre de son ennemi passe porté par le courant du fleuve... il a été fort stupide.
    Bref, le comportement de ce "brave" docteur me semble parfaitement irréaliste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La loi et son président trahissent tout ce pourquoi ils se sont battus. Le film, comme celui de Leone, n'idéalise pas la révolution et montre que c'est beaucoup plus nuancé (on n'est pas dans un western américain quoi !). Ceci dit, son président ne le lâche pas car la cause des révolutionnaire est injuste (bien au contraire, elle est totalement légitime... mais elle est aussi totalement utopique), il le lâche car depuis le début, il se fiche bien de la révolution et ne s'en sert que pour arriver à son but : le pouvoir. Dès qu'il est au pouvoir, il se met avec ceux contre qui il a combattu (l'armée qui sont comme des chiens chiens du gouvernement, peu importe qui est au pouvoir) et demande qu'on dépose les armes (car il ne veut pas qu'une nouvelle révolution éclate contre lui). Il ne s'est battu que pour son propre intérêt et se fiche bien des autres.La scène ou le père de Tepepa meurt puis celle où les révolutionnaires déposent les armes sont d'ailleurs très intéressantes et montre clairement que Madeiro se fiche des autres et n'agit que pour lui. Tepepa lui est totalement désintéressé et n'agit qu'au nom de la révolution. Il ne veut pas du pouvoir, c'est l'anti-Madeiro.
      Que le docteur veuille tuer lui-même celui qu'il pense être coupable est au contraire totalement logique. Il ne veut pas que celui-ci meurt au nom de la révolution. Lui il s'en fiche de ça, c'est un bourgeois qui ne connait pas la misère. Il veut que Tepepa meurt pour ce qu'il a fait à sa femme et le sache. Le laisser mourir fusiller serait comme renoncer à sa vengeance et laisserai en plus à jamais planer le doute quand à sa culpabilité. Il se fiche des conséquences, il est prêt à mourir pour ça. C'est en quelque sorte sa révolution à lui. Comme Tepepa il est aveuglé par une cause qu'il pense juste. L'est-elle vraiment ? C'est tout le sujet du film encore une fois.

      Autre chose : la femme du docteur, qui a l'air toute mimi comme ça, est quand même dans une maison remplie d'esclaves mexicains qui sont fouettés et maltraités sans raison. Et elle ne semble jamais s'en émouvoir. Si elle se suicide, est-ce vraiment à cause de son viol ? Ou est-ce parce qu'elle réalise que son monde n'est que supercherie ? Dans sa tour d'ivoire, elle ne faisait attention qu'à sa petite personne. Là, elle se rend compte de la misère du monde, elle a été punie en quelque sorte pour avoir toujours fermé les yeux. Pire : elle y a participé. Elle n'est donc pas forcément qu'une victime, elle est également coupable ou au moins complice de barbarie. Encore une fois, personne n'est soit tout blanc, soit tout noir dans cette histoire (à part peut-être Madeiro qui est quand même une belle ordure). Et chacun est la victime d'un autre.

      Bref, pour moi ce film est aussi complexe que génial et merveilleusement ambigue du début à la fin. Ce n'est pas vraiment un film de gauche mais un film nihiliste comme Il était une fois la révolution et El Chuncho.

      Supprimer
  22. Pas d'accord sur l'analyse des personnages. Madero me semble vraiment légitime du début (enfin, à partir du moment où on le voit) à la fin. Tepepa est par contre une ordure qui n'inspire que méfiance dès le départ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ton analyse étrange sur Tepepa et également sur Madero. De dernier trahi lâchement les siens après les avoir utilisé (dans Il était une fois la révolution, le personnage est encore plus lâche). Lorsqu'il a gagné, il n'hésite pas à repousser ceux qui ont lutté pour lui et ne change rien à l'ordre établi par le précédent gouvernement. Si ça c'est un mec légitime... Quant à Tepepa, je ne vois pas en quoi c'est une ordure. Pour ce qui est du viol, n'oublions pas que cette femme est une esclavagiste qui maltraite les siens. Bien qu'il ne soit qu'un péon ignorant, lui croit en sa cause et n'hésite pas à tout sacrifier pour elle et les siens. Je ne vois pas en quoi il inspire la méfiance, surtout que même le Docteur semble changer d'avis en le côtoyant. Justement, c'est un excellent orateur, un vrai meneur d'hommes. Mais en mettant tout au service d'une cause à laquelle il croit, Tepepa en perd aussi une part de son humanité.

      Supprimer
    2. Je pense aussi que le film montre l'opposition de deux civilisations : les gens "civilisés" et les gens dit "sauvages". Si les "civilisés" sont choqués par les agissements des "sauvages", les "sauvages" sont tout aussi choqué par le comportement des "civilisés". Ces deux sociétés ne se comprennent pas et ne pourront jamais fusionner. C'est une utopie de le croire et cela ne peut que se terminer dans un bain de sang. Finalement, ces deux sociétés ne valent pas mieux l'une que l'autre. En quoi le viol d'une l'esclavagiste serait par exemple plus grave que le le fait que des paysans soient massacrés sans raison ? Parce que c'est une femme ? Parce qu'elle est belle ? Si on se met dans la peau du docteur, on est forcément du côté des civilisés mais si on se met dans la peaux des péons, c'est à dire du côté des opprimés, la situation n'est plus du tout la même.
      Non vraiment, ce film est d'une richesse incroyable et bien moins premier degré que tu ne sembles le croire.

      Supprimer
    3. Je viens de revoir la scène à l'instant. En fait, quand Orson Welles explique la scène, il évacue tous les passages négatifs contre les riches (que les péons se fassent fouetter et sont exploités n'a pour lui pas d'intérêt). Il n'expose donc qu'un visage négatif de Tepepa qui est pourtant là en sauveur (l'homme qui se fait fouetter peut le remercier, surtout qu'un homme avait été battu à mort peu avant). Lorque Tepepa débarque dans la chambre de la fille, celle-ci le méprise et le regarde comme une bête sauvage. Après le viol, et ça je ne l'avais pas vu en fait, elle sort et se dirige vers un homme qui a été pendu : c'est son père. Elle ne regarde que lui, les autres ne sont rien pour elle. Et c'est là qu'elle se suicide. Son univers s'est écroulé, celui où sa famille dirigeait d'une main de fer et imposait leur loi.
      En gros, tout est une question de point de vu.

      Supprimer
  23. grand film! Merci de le proposer dans cette qualité là! C'est royal!!!!

    RépondreSupprimer
  24. WOW, merci la VF en plus..

    Ce film est un must, peut de gens le connaisse, pourtant il est excellent

    continue ton superbe travail indianagilles

    RépondreSupprimer
  25. ma chere Karine n'ecoute surtout pas le film Sonny & Jed (far west story) de Corbucci, tu risque d'etre plus que choké.. moi je connais certaines feministes endurcies qui detestent ce film la hahaha

    RépondreSupprimer