Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

samedi 30 mai 2015

La victime désignée - version intégrale inédite (VF, upscalling 1080p + SD Lite)

Réalisation :  Maurizio Lucidi Avec : Tomas Milian, Pierre Clémenti, Katia Christine, Luigi Casellato, Marisa Bartoli Genre : Thriller Durée : ' Année de production : 1971 Titre original : La vittima designata


Stefano, publicitaire talentueux mais encombré d’une épouse dépréssive et posséssive, renconte forfuitement un jeune hippie désoeuvré, le comte Mattéo Tiepolo. Une étrange amitié nait entre les deux hommes qui ne se quittent pour ainsi dire presque plus. Un jour, Matteo propose un étrange marché à Stefano. Il tue l’épouse de ce dernier si celui-ci en échange assassine son frère, une brute qui le tyrannise.


CE REPACK VOUS EST PROPOSE PAR JOHN DO L'ANONYME

Making of du repack par John Do l'anonyme  :

Voici le repack le plus difficile que j'ai eu à faire, j'y ai passé plusieurs mois...
J'avais un Tvrip depuis pas mal de temps qui n'était pas mauvais mais qui était loin d'être du niveau d'un Dvd. J'ai donc récupéré le Dvd Allemand New, et me suis rendu compte que la version Tv était plus courte. Si l'image du Dvd est au format, la qualité était très moyenne par moments. J'ai donc fini par acheter le Dvd de chez Shameless qui est de toute beauté et qui comporte surtout le montage intégrale avec rajout de scènes provenant d'une Vhs mais avec des passages en qualité Dvd qui étaient en Vhs sur le Dvd Allemand.
C'est bien simple j'ai du bidouiller chaque plans sans exception car le tvrip enregistré sur Canal+ a un gros soucis, il donne l'impression d'avoir une norme bâtarde avec un framerate qui ne cesse de varier. Du coup c'est quasi impossible à caler. J'ai terminé une première version du repack mais les décalages audio étaient très nombreux. Puis Valor est venu à la rescousse avec un rip de la rarissime Vhs française. Par chance, cette copie Vhs fût un bonheur à caler et je pense que la synchro est parfaite. J'ai nettoyé le son qui a perdu son souffle et reste très beau pour une si vielle VHS.
Sur le premier repack, tous les passages rajoutés en qualité Vhs du Dvd Shameless était en VO mais grâce au rip de Valor, nous avons gagné des passages en VF car la version numérique de C+ était plus courte. Il manquait par-contre d'autres passages sur la vhs que j'ai récupéré sur la copie Canal donc je pense que l'on peut affirmer que nous avons là la totalité de ce qui a été doublé en Français sur ce film !
Tous les passages en Italien on été traduit par le grand Indianagilles (NDI : 1m79 quand même ;) ) qui a bien travaillé car il y en avait un bon paquet à se coltiner : plus de 200 lignes :)


Maintenant je vous laisse en compagnie de Tinterora 

qui va vous présenter ce grand film.

La victime désignée : l’opéra fait giallo !

La victime désignée ! Un titre jadis mythique car si, chez nous, ce film sortit en salles, sa k7 vidéo éditée par Farah Film était proprement introuvable, tant et si bien qu’il s’agissait du Graal du giallo ! Nous ne connaissions alors guère que le sujet du film : une sorte de remake de l’Inconnu du Nord-Express du grand Alfred Hitchcock quand même, avec comme atout la confrontation entre Pierre Clementi et de Tomas Milian… Pour le reste rien, des supputations, de petites informations tirées de livres ou revues étrangères et guère plus. Mais en novembre 2005, Jean-Pierre Dionnet programma lors de l’avant-dernier mois de feu son cinéma de quartier, cinq films italiens dont cet incunable et ce fut un choc !




Le personnage interprété par Tomas Milian est un personnage qui, d’erreur en erreur, ne cesse de débattre dans une toile d’araignée qui l’enserre, l’étouffe, et ne cesse de réduire les options qui lui restent !
C’est cela La victime désignée, plutôt que de se mesurer directement au grand Hitchcock, la trame du film emprunte une autre figure  littéraire, celle de la tragédie grecque qui voit ses personnages aux prises avec leur destinée : celle qu’ils ne contrôlent pas, celle qui s’impose à eux, celle dont ils ne peuvent s’échapper. Film subtil, aux personnages principaux très bien écrits et dont la finesse psychologique demeure fort réussie, les liens troubles et vénéneux entre Argenti et Matteo oscillent entre amitié sincère, dévotion calculée mais également une subtile touche d’homosexualité qui offre même un second degré de lecture (NDI : Tomas Milian, bisexuel, a d'ailleurs avoué dans ses mémoires connaître une relation très ambiguë avec Clementi avec lequel il est devenu très ami si ce n'est intime). Sur le papier, la confrontation Milian/Clementi était prometteuse ; à l’écran, elle offre un duo tout à fait exceptionnel.

L’autre point fort du film demeure sa réalisation exceptionnelle qui adopte elle-aussi le ton de l’opéra. Pourtant, derrière la caméra se trouve Maurizio Lucidi dont aucune autre de ses réalisations, antérieures ou postérieures, n’ont atteint la qualité ou même l’intérêt de notre film.

Jamais Venise n’a été filmée avec une telle maestria, jamais la photographie n’a été aussi sublime pour la ville de l'eau et de la lumière dont le flot des canaux emprunte une couleur verte pour le moins étrange. Les chromatiques du film empruntent d’ailleurs une teinte baroque, rarement vue dans un film italien, à un tel niveau de qualité s’entend. Maurizio Lucidi sublime même avec maestria cette scène où le personnage joué par Milian se retrouve seul chez lui, perdu dans ses pensées après un tragique évènement, calant magnifiquement la musique, les couleurs de la pièce ainsi que les mouvements de caméra dans une parfaite chorégraphie.



La musique de la Victime désignée demeure également l’un des mystères du film. Comment diable une aussi belle bande originale n’a-t-elle pas encore été éditée, alors que les autres compositions de Luis Bacalov, même ses plus obscures westerns, se trouvent assez aisément en CD ?

En fait, un groupe de musique italien nommé New Trolls - dont l’existence précède donc de quelques années Les Goblins - signa le score magnifique de La victime désignée et ce fut elle qui l’exploita en vinyl puis en CD, encore de nos jours, l’œuvre demeurant plus populaire en Italie que le film lui-même. Et croyez-moi, vous ne pourrez que classer immédiatement cette bande originale parmi vos toutes préférées !


Le film est un voyage fantasque déformant quelque peu la réalité dans laquelle évolue le pauvre Stefano Argenti qui s’agite tel un pauvre insecte dans une toile d’araignée. Chacun de ses actes, que des mauvais choix, l’amènent de plus en plus prés vers une issue funeste. C’est en ce sens que la riche thématique de La victime désignée est sans commune mesure avec les autres gialli : nous empruntons la figure de la tragédie, puis celle du baroque italien pour les couleurs du film et enfin une posture catholique avec le Comte Matteo qui ressemble quelque peu à un ange mais dont la finalité des actes, de même que le pacte qu’il contracte avec Stefano, le ferait peut-être plus passer pour le diable. Une œuvre riche, dotée d’une puissante thématique, avec des personnages forts... rarement giallo n’aurait été aussi puissant que celui-ci.
Ce film méconnu, relativement ignoré dans son  pays d’origine, peut-il décemment se frotter à un monument réalisé par le grand Hitch ? Dénué de tout pédantisme ou doxa critique, je pense très fortement que oui. Franchement, malgré son budget guère plus que décent, j’opine que La victime désignée peut sans mal supporter la comparaison avec L’inconnu du nord-express !

Nous ne pouvons que rendre hommage à John Doe l'anonyme pour ce repack que je souhaitais depuis longtemps, dont les fameuses minutes inédites ont été traduites par l’indispensable Indianagilles (NDI : c'est trop, c'est trop !). Une équipe de choc pour l’un des joyaux du cinéma de genre italien, qui reste à la fois incroyablement méconnu et incroyablement sous évalué !

Quelques mots du "grand et indispensable" Indianagilles :

Comme il n'y a plus grand chose d'autre à dire après pareille présentation - si ça ne vous a pas donné envie de découvrir ce bijou, je ne sais pas ce qu'il vous faut - il ne me reste guère plus qu'à vous parler de son doublage français qui se paye en plus le luxe d'être très bon. Dommage qu'il ne soit pas intégral mais ça vous permet au moins de profiter un peu de la vraie voix de Tomas Milian qui se doublait lui-même en Italien. En Français, c'est Philippe Ogouz qui lui prête sa voix. Il l'avait déjà fait sur le film Companeros de Sergio Corbucci. Mais je trouve que son ton, très chic, lui colle bien mieux dans le rôle d'un bourgeois de la publicité plutôt que dans celui d'un pauvre Mexicain un peu crétin. La voix d'Ogouz fait d'ailleurs un peu penser à celle de Bernard Murat qui doubla à plusieurs reprises Tomas Milian lui aussi. Ce n'est sûrement pas un hasard si ces deux grands messieurs du doublage se partagèrent les doublages des films de Bruce Lee, dans leur version d'origine.
Pierre Clementi, bien que français, est doublé par Gérard Hernandez qui, vous le savez peut-être, doubla à plusieurs reprises Tomas Milian dans sa carrière. Il se débrouille très bien et démontre qu'il sait faire autre chose que des rôles comiques.
Et pour compléter ce joli casting vocal, vous aurez également l'occasion d'entendre de nombreux autres comédiens de légende, parfois même le temps de quelques rares réplique. On peut donc y entendre Henri Djanick, Lily Baron, Michel Barbey, Perette Pradier, Roger Rudel, Pierre Garin, Jacques Deschamps... bref tout ceux qui ont fait le bonheur des voxophiles de l'époque.

Une dernière chose à propos du repack : certains plans du film étaient complété sur le DVD par des plans tirés d'une VHS en 4/3. La VHS de Valor étant non seulement de très bonne qualité mais en plus , s'il manque un peu d'image sur les bords, en 16/9eme. J'ai remplacé les plans lorsqu'ils étaient disponibles sur la VHS (le montage français étant cut, je n'ai pas pu remplacer un passage sur la gondole). Vous avez donc ainsi la meilleure version possible qui soit disponible. C'est beau non ?


Quelques Jaquettes VHS :

25 commentaires:

  1. Merci pour cette rareté.

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment un grand bravo a vous!!
    Quel boulot!! vous nous avez gâter une fois de plus!
    Merci beaucoup!!!!

    RépondreSupprimer
  3. merci beaucoup.un sacré taf pour un film méconnu que l'on va pouvoir découvrir grace a vous.

    RépondreSupprimer
  4. Mille merci à tous pour cette version définitive d'une rareté jusque là invisible !
    Patounet

    RépondreSupprimer
  5. Super film que voilà, malheureusement trop méconnu, et qui se déroule en partie à Venise en plus, merci beaucoup John Do l'Anonyme et Indiana ! :D

    RépondreSupprimer
  6. Après une telle présentation, comment résister ?
    J'ai pas pu, merci !
    Signé GG

    RépondreSupprimer
  7. j'ai pris la version lite merci et bravo pour le boulot abattu

    RépondreSupprimer
  8. Superbe travail et superbe résultat, comme toujours ! Un film alléchant à redécouvrir dans une aussi belle copie, voilà une offre que l'on ne peut refuser :-) Merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
  9. Merci et bravo pour ce superbe travail.
    radisnoir

    RépondreSupprimer
  10. Excellent et quel travail d'orfevre Vraiment merci pour cette version enfin integrale

    RépondreSupprimer
  11. Aprés les western , indy s' attaque a un giallo méconnu
    et nous fait partager sa science sans fonds du doublage!

    bravo et mille mercis!!!!

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour ce jolie taff.

    RépondreSupprimer
  13. Gracie Mille Indiana Gilles pour ce Giallo que je ne connaissais pas. Y'en a un qui m'interresse c'est 'L'Homme sans Memoire" (1974) de Duccio Tessari J'ai grand espoir de le voir proposer un jour dans ton merveilleux blog.
    Merci à toi.
    Axel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Indianagilles ne le mettra jamais sur son blog car http://www.allocine.fr/film/fichefilm-128449/vod-dvd/

      Supprimer
    2. Pas cher en plus. Merci VirDaucalis ;)

      Supprimer
  14. Excitant au possible . Il me tarde de regarder ce petit bijou brillament presente ci-dessus .
    Occasion de revoir l'indispensable Tomas Milian et de fort jolies femmes , si j'en juge par les photos .
    Merci a toi Indy pour ton travail . Merci aussi a notre mysterieux ami John Do : il revient quand il veut .
    Salutations a tous .

    RépondreSupprimer
  15. Merci beaucoup pour ce remarquable travail. Bravo !

    RépondreSupprimer
  16. Merci infiniment et quel travail les gars impressionnant

    RépondreSupprimer
  17. Bravo pour le travail et merci.

    RépondreSupprimer
  18. Très belle présentation, un grand merci pour le film. Félicitations pour le taf effectué!

    RépondreSupprimer
  19. Une perle que je viens de découvrir en SD Lite avec l'immense Er Monnezza/Tomás Milián : Bravissimo !
    John T Chance

    RépondreSupprimer
  20. merci de me faire decouvrir ce milian que je ne connaisais pas..

    RépondreSupprimer
  21. j'ai raté ce post et hélas les liens ne fonctionnent plus. J'espère que vous pourrez en créer de nouveau pour que je puisse voir cette rareté. Merci pour le travail !

    RépondreSupprimer