Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

dimanche 17 mai 2015

Vamos a Repackar Companeros !


Companeros ou l'éternel recommencement ?

Après une première version mélangeant DVD français et italien, une autre bien plus aboutie et continue grâce au très beau zone 1, voici donc une 3eme version intégrale qui est cette fois en HD, s'il-vous plaît ! E un, dos, tres, companeros !
Ma "carrière" de repackeur doit énormément à ce film là. Parce que ce fut mon premier, parce qu'il fut très apprécié et parce que je suis passé par toutes les couleurs avec lui. Je n'y connaissais rien mais je voulais participer aux efforts de guerre moi aussi. Alors je me suis lancé, et j'ai appris. J'ai appris les bases du repack. J'ai appris à quel point les films italiens étaient charcutés. J'ai appris à sous-titrer (fort mal au départ). J'ai appris à aimer tout ça même si je galérais comme un damné. Et pourquoi tant d'efforts ? Parce que le résultat faisait plaisir à tant de monde. Parce que le milieu du repack adore le bis et en particulier le bis italien. Parce qu'il n'y a plus assez de monde qui parle cette belle langue qu'est l'italien et qu'il ne reste plus grand monde qui puisse travailler sérieusement sur une traduction de qualité (note pour moi-même : ça va les chevilles oui ?). Parce qu'il y avait urgence à sauver de l'oubli tout un pan de la culture cinématographique oh combien maltraité. J'ai découvert tant de choses dans ce milieu. Tant de choses dont je ne soupçonnais même pas l’existence. J'ai retrouvé mon âme d'enfant en ressuscitant l'oeuvre de Terence Hill et Bud Spencer. J'ai découvert qu'il n'y avait pas que Leone dans le western italien. J'ai découvert des acteurs comme Giuliano Gemma, Tomas Milian, Franco Nero dont les noms ne m'évoquaient finalement pas grand chose. J'ai découvert la richesse d'un passé qu'on nous cachait depuis trop longtemps. Companeros, ce fut le plus merveilleux des dépucelage et qui sait ce qui en serait advenu si je m'étais contenté de rester sur le bord de la route à admirer mes petits camarades. Pardon... je voulais dire mes petits companeros, évidemment.

Aussi, lorsqu'un Blu-ray du film est sorti aux USA, c'est tout naturellement que je me suis préparé à me replonger dans ce repack si important à mes yeux. Le pire c'est que j'en étais heureux. L'expérience était là, j'avais désormais plus que les bases pour en faire un repack vite fait bien fait... Franchement, ce serait rapidement réglé tout ça et je passerai à autre chose. Une formalité. Pour une fois c'était plus qu'évident.
Bien qu'un peu déçu par la qualité du Blu Ray - pas mal mais manquant un peu d'éclat - je me suis mis au boulot. Et là, l'horreur, encore et toujours. Si j'avais utilisé le DVD Américain pour le dernier repack, le Blu-Ray était loin de proposer un montage 100% conforme. Une fois encore, presque tous les plans du films avaient de légères différences. Pour la plupart, c'est quelques photogrammes qui sautaient, créant ainsi des décalages rapidement visibles. Il ne manquait pas de dialogues mais il y avait des pertes de quelques micro-secondes un peu partout. Pourquoi ? Comment ? Je ne sais pas, je ne sais plus... Mais j'allais devoir bosser. Vraiment. J'ai d'abord pensé à une vitesse de défilement différente et un peu hybride mais ce n'était pas le cas sinon j'aurai eu des descynchro permanente sur les plans les plus longs.
Aussi, et par chance, la plupart du temps je suis parvenu à faire dépasser la fin du son d'un plan coupé sur le plan suivant puis lors d'un léger silence, je recalais la suite. Et hop, magie ! Pas simple ni rapide mais le plus important c'est qu'on entendait finalement pas les problèmes d'enchaînements. Ce fut un poil plus compliqué lors des passages musicaux mais fort heureusement, c'était en général les moins touchés par le problème. Et puisque je suis pratiquement reparti de zéro, j'en ai profité pour corriger pas mal de petits trucs qui m'avaient échappé la fois précédente. Vous commencez à me connaître.
Comme c'était particulièrement ch... j'ai pris mon temps et j'ai avancé petit à petit pendant que je faisais d'autres repacks, pas forcément plus simple mais inédits. J'ai dû me regarder le film encore deux ou trois fois pour être sûr que la partie sonore était bonne. Et j'ai bien fait car j'avais laissé passé pas mal de pétouilles par-ci par là. Toutes n'ont pas pu être réglée à cause de la piste d'origine endommagée mais j'ai fait de mon mieux pour améliorer tout ce qui était possible d'améliorer.
Si j'avais déjà corrigé mes sous-titres la dernière fois, je n'en étais toujours pas complètement satisfait et j'ai donc apporté une fois encore quelques nouvelles modifications. On appelle ça "bichonner son repack jusqu'à la lie". Ou folie, c'est au choix. Surtout que j'avais fait un énorme contre-sens qui a enfin été corrigé. Mais cette fois, je pense qu'on peut dire que c'est la traduction finale des scènes en italien. Ou pas. Vous commencez à me connaître.

Je reviendrais peut-être un jour sur ce film, une meilleure édition pouvant toujours sortir ailleurs et des sous-titres intégraux demeurant un jour envisageables, mais pour le moment, voilà qui devrait faire plaisir à beaucoup qui attendaient avec impatience une belle version intégrale en HD. Je ne doute pas que vous saurez l'apprécier à sa juste valeur. La VF est excellente mais la VO l'est tout autant et bien entendu, elle est intégrale évidemment. Je vous ai donc laissé les sous-titres anglais, histoire de pouvoir vous mater plus facilement la VO italienne si vous avez la bonne idée de vous y essayer. Je n'ai pas vérifier la qualité et la fidélité des sous-titres anglais mais j'espère qu'ils seront un minimum corrects. Sans vouloir être méchants avec les intégristes de la VO, ils font un peu trop souvent confiance aux sous-titres qui sont souvent bien plus ratés qu'un doublage. C'est aussi pour ça que je met tant de soin dans les miens et que ça me prend autant de temps. J'ai noté par-contre, que les sous-titres anglais n'avaient curieusement pas traduit les passages en Suédois. Mais comme moi, vous devez maintenant les connaître par cœur.

Pour télécharger cette nouvelle version, je vous donne rendez-vous sur la fiche du film.

5 commentaires:

  1. Peut-être le western spaghetti qui, une fois découvert dans un lot de k7 acheté dans une brocante, m'a donné envie de m'intéressé au genre. Il m'a surtout permis de faire la rencontre du géant Tomas Milian !

    Ce que j'avais aimé, dans ce film, c'est l'humour bien distillé et pas trop farce !

    RépondreSupprimer
  2. Un des rares westerns spaghetti arrivant quasiment au niveau d'un Leone.

    RépondreSupprimer
  3. Découvert dans cinéma de quartier qui passait le mercredi matin...je m'en rappelle parce que j'avais raté mon permis ce jour là et ce film m'avais un peu remonté le moral...grazie mille !!!

    RépondreSupprimer
  4. SUPER ! grand merci pour un fan de Nero/Palance...

    RépondreSupprimer