Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

vendredi 2 décembre 2016

[Repack] : Amigo !... mon colt a deux mots à te dire - version intégrale + montage 100% en français (SD, VF et VO)


Réalisation : Maurizio Lucidi
Avec : Bud Spencer, Jack Palance, Renato Cestiè, Francisco Rabal, Dany Saval
Nationalité : Italie/France/Espagne
Genre : Western
Durée : 99'  (version intégrale) - 93' (montage 100% français)

Année de production : 1972
Titre original : Si puo fare... Amigo

Titre français alternatif : Amigo !

Parce qu'il l'accuse d'avoir déshonoré la sœur, Sonny poursuit le bon géant Coburn afin de l'obliger à épouser avant de le tuer. Lors de sa fuite, Coburn se voit confier le sort d'un jeune garçon malin, mais seul au monde.
Trailer, malheureusement en anglais.

Un grand merci à VirDaucalis pour la VHS du film au son parfait
et John Doe pour les plans rares.



Signé en 1971 par le méconnu Maurizio Lucidi, Amigo !... mon colt a deux mots à te dire fait parti de ces bons westerns dans la veine comique qui ont suivi le phénomène Trinita. Cette année 1971 sera vraiment une année faste pour le réalisateur italien, puisqu'il y signera également le chef d’œuvre absolu de sa carrière, le magnifique La Victime Désignée que nous vous avions présentés il y a quelques temps maintenant. avant de passer à la réalisation, Lucidi avait brillé en tant que monteur, puisqu'il a notamment travaillé pour Dino Risi sur Les Monstres ou Le Fanfaron. Maurizio Lucidi, c'est aussi, à la réalisation, des westerns très solides comme le diptyque du pistoleros Pecos : Mon nom est Pécos et sa suite Pecos, tire ou meurt. On lui doit également, en 1976, le film L'Exécuteur avec Roger Moore et Stacy Keach. Étonnamment, malgré tout ce travail bien fait, Maurizio Lucidi ne connaîtra pas une si belle carrière et demeurera dans l'ombre de ses confrères.

Et dire qu'il pensait que chaque film serait son dernier ! Au final, Bud Spencer pouvait se vanter d'avoir une sacrée filmographie et d'avoir fréquenté les plus grands sans qu'aucun n'ait jamais pu vraiment lui faire de l'ombre. Cette fois, ce n'est avec nul autre que Jack Palance, de plein pieds dans sa période italienne, qu'il fait équipe. Dans son autobiographie, Bud Spencer déclara que Jack Palance (de son vrai nom : Vladimir Palahniuk) malgré son visage d'assassin, était un grand plaisantin qui n'hésitait pas à faire des blagues à toute l'équipe. Il se considérait d'ailleurs comme un acteur comique, ce qu'il ne cessait de répétere à Bud Spencer. Et ce n'est sans doute pas un hasard s'il obtiendra son seul et unique Oscar pour la comédie La vie, l'amour, les vaches en 1991.
L'autre présence notable du film, est sans aucun doute celle du jeune Renato Cestiè. Bien que n'ayant que neuf ans lors du tournage, il avait déjà tourné pour Michele Lupo et Mario Bava (La Baie Sanglante). Mais il s'agissait plus de la figuration qu'autre chose. Amigo !... mon colt a deux mots à te dire est donc son véritable premier vrai rôle au cinéma, et son succès en fera une enfant star en Italie. Je vous invite à aller lire l'article sur ManiacoDeprebis qui détaille avec précision et talent la carrière du petit prodige, retiré depuis les années 90.

Mais que vaut donc ce film-ci ? Pour ma part, je l'ai beaucoup aimé. En fait, j'avais l'impression de me retrouver face à un spin-off de Trinita, et de suivre une aventure solo de son frère Bambino. Surtout que notre cher Bambino... Coburn, pardon, commence son aventure en volant des chevaux. Par contre, cette fois ce n'est pas un shérif qui lui court après, mais son futur beau-frère, interprété par Jack Palance (et excellement doublé par Jacques Berthier), bien décidé à lui faire épouser sa belle et insupportable sœur qu'il est censé avoir déshonoré. Cette dernière est interprétée par la française Dany Saval, qui n'a pas épousé Bud Spencer mais notre bon vieux Michel Drucker national en 1973. Elle se double elle-même dans la version française.
Mais la plus belle réussite du film, c'est cette complicité entre Bud Spencer et l'enfant Renato Cestiè, toujours très juste dans son jeu. Il ne fait nul doute que cette franche réussite inspira d'autres duo entre Bud Spencer et d'autres enfants, je pense notamment à ceux avec le petit chinois dans Le Cogneur, avec le petit Africain Bodo dans Inspecteur Bulldozer et Pied Plat sur le Nil ou encore, bien sûr, avec le jeune extra-terrestre du Shérif et les Extra-Terrestres et de Faut pas pousser.

Renato Cestiè avant...
...et après. Quelques cheveux en moins, mais toujours le même sourire éclatant !
Le film n'est pas avare en bonnes idées. J'ai particulièrement aimé le coup des lunettes qui permettent à notre Bud Spencer de "réfléchir". Également bien vu, le rôle multi-fonctons de l'acteur Espagnol Franciso Rabal, qui change ses vêtements et sa manière de parler selon qu'il soit shérif ou révérend. Francisco Rabal m'avait particulièrement marqué pour son rôle de mauvais shérif dans Les Longs jours de la vengeance. Il est doublé dans la version française par Edmond Bernard.
Enfin, comme toujours, on est ravi de retrouver nos cascadeurs préférés tels que Luciano Catenacci, Riccardo Pizzutti, Sal Borghese et le moins connu, mais néanmoins souvent présent, Marcello Verziera. Ces deux derniers jouent ici des sortes de jumeaux un peu étranges, qui semblent tout droit sortis d'un album de Lucky Luke. Amusant de souligner que l'année suivante, Terence Hill tournera lui Et Maintenant, on l'appelle El Magnifico, et que Sal Borghese y jouera là aussi avec une sorte de jumeau, sauf que cette fois, il s'era affilié à Antonio Monselesan et non Marcello Verziera. Oh ! J'ai failli oublié, mais on a même droit à une apparition éclair, mais très drôle de l'Espagnol Roberto Camardiel dans un de ses rôle fétiche : celui d'un ivrogne !

Une fois encore, faire le repack de ce film n'a pas été une mince affaire. Pour commencer, le montage français était bien cisaillé de tous les côtés. Des plans coupés un peu ici et là, une phrase qui s'envole à cet endroit, une musique raccourcie là-bas... L'avantage avec ce genre de montage, c'est qu'il y a parfois peu de dialogues qui sont véritablement coupés. Du coup, je vous ai concocté deux versions : une version intégrale, avec les habituels passages en VOST, mais aussi une version intégralement en français, qui s'avère bien plus longue que le montage français officiel de base, avec notamment les deux grosses bagarres du films qui se voient enfin restituées en version intégrale. Et je trouve que, une fois les plans muets réinsérés, les coupes sur la versions françaises ne sont vraiment pas préjudiciables malgré les 6 minutes de différences.
Il est dommage que pour ce film a a la photo et à la réalisation solide, il n'existe pas encore de copie du film qui soit vraiment de très bonne qualité. Oubliez déjà une quelconque version HD, la seule chose que j'ai pu vous avoir, c'est une version DVD à la définition un peu légère. C'est plus que regardable, mais quand on a habitué nos yeux à de biens plus belles images, forcément, ça fait drôle. J'avais bien un enregistrement sur une chaine HD italienne, mais la qualité était la même, sauf qu'on se retrouvait avec un logo et des génériques coupés. Pas grand intérêt. C'est donc sur le DVD italien que je me suis basé. Mais je me suis rendu compte d'une chose : il y manquait quelques plans, ou alors certains étaient sauvagement raccourcis. Au total, ça ne concernait pas grand chose puisque seul huit plans étaient touchés, mais ça m'obligeait à couper quelques dialogues, et c'était quand même un peu dommage. Car ces plans étaient, pour la plupart, bien présent sur la VHS française que m'a gentiment offert le grand VirDaucalis. Au sujet du son de cette VHS, le son était superbe, et s'adaptait très bien au son de la piste italienne. Les coupures ne se sentent donc pas trop et c'est une véritable aubaine. Je possédais aussi un TVrip, mais le son n'y était pas meilleur. Comme quoi, les VHS peuvent parfois être miraculeuses.
Je possédais également un ancien repack du film en français, et ces plans étaient également présents. Au vu de la vitesse de défilement et des saccades de ce repack, j'ai songé que le repack s'était basé sur le DVD Américain. Ne trouvant pas d'autres informations, ni personne qui pouvait me confirmer ça, j'ai donc commander le DVD aux USA. Malheureusement, à part la vitesse de défilement, il s'agissait exactement du même montage que le DVD Italien. Enfer et damnation ! C'est alors que l'on m'a envoyé un repack américain du film possédant ce qui me manquait. Si ce repack comportait une image bien plus compressé que l'image du DVD italien, c'était, de loin, la meilleure qualité que j'avais vu pour les plans à problème. Je les ai donc récupéré et inséré sur ma version. Et ça tient la route.
Au sujet de ces plans curieusement coupés, j'ai noté sur la copie française et sur le repack américain, que tous les plans concernés avaient une sorte de mini coupure ou de flash.Serait-ce à cause de ça s'ils ont été coupés sur les versions DVD ? Mystère et boule de gomme.
La VF était faite, mais à cause de ces maudits plans, je me retrouvais avec des trous dans ma piste italienne. J'ai fait en sorte que ça ne se voit pas trop, mais j'ai été obligé au final de mettre deux très léger passages en anglais que j'ai sous-titré en italien. Bien que le doublage anglais soit comme d'habitude bidon, je suppose que nos amis italiens doivent quand même préférer une langue plus internationale que le français. Mais vraiment, ça ne représente que deux lignes en tout, pour le reste, j'ai réussi à combler à ma manière.

Comme vous le voyez, ça n'a donc pas été un repack facile à mettre sur de bons rails. Il y avait de quoi se décourager dès les premières minutes, mais comme le dit le titre italien et anglais du film, je me suis dit que ça pouvait se faire quand même. En attendant une meilleure copie ou, soyons fou, une version HD de qualité, je pense que nous avons là les deux meilleures versions possible du film. Cela devrait vous permettre de l'apprécier au mieux.

PS : Par le plus grand des hasards, Jo vient de mettre en ligne le dossier de presse du film. Pour aller le voir, il vous suffit de vous rendre ici : http://monnomestpersonne1973.blogspot.fr/2016/12/amigo-mon-colt-deux-mots-te-dire-1971.html



Version MKV montage 100% en français - VF uniquement (6,03 GO) :

Version avi Lite montage 100% français - VF :

Montage 100% en Français Version Youtube :



Version MKV version intégrale - VF et VO (6,62 GO) :


Version avi Lite version intégrale - VF :


Version intégrale version Youtube :

 


MDP : indianagilles
 

29 commentaires:

  1. Salut IndianaGilles !

    Merci pour ce film !!! :)

    Je connais ton site depuis peu, mais c'est une mine d'or. Tes descriptions sont toujours très intéressantes et instructives, merci !

    Ludo

    RépondreSupprimer
  2. Merci ! Quel boulot encore une fois !

    RépondreSupprimer
  3. Un film très peu diffusé en France, je l'avais sur CANALSAT il y a un petit bout de temps maintenant. Merci.

    RépondreSupprimer
  4. merci, une fois de plus, de nous donner l'impression de n'avoir pas vu les films qui nous avaient pourtant entrainé dans nos cinémas de quartier. C'est superbe.

    RépondreSupprimer
  5. Au fait c'est ici que nous proposons nos inédits, par contre nous te jurons que si nous trouvons un Bud, un Terence inédit (on peut toujours rêver, non ?) ou tout ce qui pourrait te flatter la fibre transalpine, je te le dirai tout de suite.

    http://unicornbis.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  6. Et dire que, de ma faute, on est reparti pour 5 ans de repacks de Spencer & Hill...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Punaise, t'as raison. Et moi qui croyais que j'allais enfin voir le bout du tunnel ! Mais bon, on peut pas dire que ça me plaise pas non plus :)

      Supprimer
    2. Et moi qui espérais que tu passes aux films de Franco & Ciccio... J'attendrai...

      Supprimer
    3. Il me faudrait 100 ans pour finaliser ça ! Ils en ont fait des milliards ! Mais est-ce que c'est vraiment sorti en France ? Je pense pas qu'il y ait eu beaucoup de doublage français, non ?

      Supprimer
  7. Merci beaucoup indianagilles pour ce western inedit pour ma part!
    Et merci également de nous proposez toutes ces versions dont ces versions lite qui sont de tres belles factures!
    Superbe boulot comme d'hab!! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Merci beaucoup indianagilles pour ce repack, un petit nouveau pour ma collection ++

    RépondreSupprimer
  9. Toujours au top Amigo...merci beaucoup pour ta passion...

    RépondreSupprimer
  10. Je ne m'en souviens plus de cet amigo, merci pour le boulot et le partage.

    RépondreSupprimer
  11. Collecion DVD Films TERENCE HILL et BUD SPENCER annoncée chez Movinside, (sortie prochaine chez le même éditeur de "Pendez les haut et court" en BR). Source : Les Années Laser, numéro de décembre 2016.

    RépondreSupprimer
  12. Salut Indi,
    Même si ce film a mauvaise réputation, une fois de plus, ton excellente présentation (me) donne bien envie de le découvrir.
    A propos, je suis très étonné de ne pas trouver cité LA PIU GRANDE RAPINA DEL WEST/ 3 SALOPARDS, UNE POIGNEE D OR (de 1967) dans ton exposé sur Maurizio Lucidi ? Son western le plus "coté".
    Je terminerai par mes plus vifs remerciements pour l'ensemble de ton boulot !
    ( ) Et très heureux de constater que tu continues à nous gâter malgré tes derniers "petits soucis" : )

    RépondreSupprimer
  13. J'avoue, je ne connais absolument pas le film, même de nom. Il faudrait que j'y jette un oeil, et pourquoi pas même les deux.
    Ce film a mauvaise réputation ? Pas plus que les autres Bud, je pense. En tout cas, perso, je l'ai beaucoup aimé et j'espère qu'il vous plaira à tous aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une VHS française (de mémoire au format Techniscope). Frayling, dans son premier ouvrage sur le western italien, y cite une interview de George Hilton faite sur le plateau. Tout est tourné en Italie, sauf quelques extérieurs désert de Tabernas (Almeria). Avec Walter Barnes et Hunt Powers, aucun DVD de valable , tous Panscannés, coupés, et de médiocre qualité. C'est dommage parce que le film n'est pas mal.

      J'ai le synopsis français (4 pages illustrées, de mémoire), par contre, je ne sais pas quand et si cela passera sur le blog...

      Supprimer
  14. Salut, je viens de rendre un hommage assez particulier à Marcel Gotlib, qui nous a quitté hier...
    En tant que fan, je l'avais rencontré à plusieurs reprises, et comme je faisais des bandes dessinées, il n'était jamais avare en conseilles, on s'était aperçu qu'on partageait tous les deux un certain goût pour l'absurde et le n'importe quoi le plus total...

    http://corneliuslesinge.blogspot.fr/2016/12/le-boudin.html

    RépondreSupprimer
  15. "Amigo mon colt à deux mots à te dire" est disponible en DVD français chez LCJ, pour le moment simplement sur leur site, avec deux autres nouveaux westerns, "Les brutes dans la ville" - lui en préco chez amazon.fr- et une nouvelle édition de Captain Apache.

    RépondreSupprimer
  16. Merci Indianagilles. Étant donné que le DVD LCJ dont on connaît pas les spécifications (durée, langues ou bonus), je prends ton repack en attendant d'en savoir plus. :)

    RépondreSupprimer
  17. Le Enzo G. Castellari "Sur ordre du Führer" est d'excellente qualité, "Le Gloire des canailles" un peu moins bien. Catalogue Jacques Roitfeld repris par LCJ.

    J'ai pris "L 'île au trésor", avec Orson Welles et Jean Lefebvre (tournage, Italie et Espagne, vers Almeria), chez Movinside, belle image mais 1.85... en 4.3

    Aucune nouvelle de plus des Terence Hill/Bud Spencer chez cet éditeur (Movinside) pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JO pour les infos sur les sorties LCJ. :)

      Supprimer
  18. Merci pour cette présentation, western comiques à prendre avec précaution mais il y en a de bons. Et c'est toujours chouette de trouver une version lite !

    RépondreSupprimer
  19. Merci beaucoup ,bonne continuation a toi.
    Elvis

    RépondreSupprimer
  20. Salut Gilles, j'ai enfin réussi à récupérer ce film, et sans avoir à installer quoi que ce soit pour éviter les pubs, même les plus virulentes qui bloquaient le pc...rien que donner une méthodologie les aura fait fuir, tu es très fort quand même ;)
    Sinon merci pour ce film (et sa présentation soignée comme toujours) que j'avais en VHS de très mauvaise qualité, enregistré sur Canal+...vivement les prochains, Aladin (un DVD existe en Allemagne...même qualité que le français?) ou encore Ange ou Démon (j'ai une VHS enregistrée sur TF1 si besoin).
    Bonnes fêtes de Noël et merci pour tous ces magnifiques cadeaux de repack.
    Oh oh oh, le Père Noël, ce ne serait pas Indiana Gilles en fait?

    RépondreSupprimer