Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

dimanche 2 avril 2017

[Repack] : Cyberflic (HD, VF et VI)


Un grand merci à JP pour la VF
et à Real Bad Guy pour  la VI

Réalisation : Anthony M. Dawson (Antonio Margheriti)

Avec : Terence Hill, Marvin Hagler, Giselle Blondet,Jennifer Martinez, Tommy Lane
Nationalité : Italie/USA
Genre : Nanard cybernétique policier
Durée : 90'
Année de production : 1997
Titre original : Virtual Weapon/Potenza virtuale
L'inspecteur Marvin est venu accueillir son ami et ancien partenaire de la brigade criminelle Bill Skims à l'aéroport de Miami. Skims, qui travaille maintenant pour le compte du gouvernement américain, revient dans cette ville après sept ans d'absence pour une mission secrète. A peine ont-ils quitté l'aérogare qu'ils s'aperçoivent qu'ils sont suivis. Les poursuivants travaillent pour Abel Van Axel, redoutable expert en explosifs, qui compte présenter à ses clients un nouvel explosif dévastateur.
Trailer VO 


Dernier film de l'artisan bien connu du cinéma bis, Antonio Margheriti, et signé de son pseudonyme américain Anthony M. Dawson, Cyberflic n'est sans doute pas ce qu'il a fait de plus mémorable. Pour être tout à fait franc, sans la présence de Terence Hill, le film aurait disparu de tous les esprits, virtuels ou pas. Son fils, Edoardo Margheriti, a même déclaré qu'il s'agissait d'un des pires films réalisé par son père. Pour être tout à fait franc, n'étant pas vraiment un admirateur de la filmographie de Margheriti, mis à part Et le vent apporta la violence que je trouve vraiment incroyable, je placerais plutôt ce Cyberflic dans la catégorie : "on dirait un téléfilm un peu ringard qu'on regarde parce qu'il y a quand même Terence Hill". Malgré sa présence, justement, le film n'a pas été distribué dans les salles françaises, ce qui n'est guère étonnant. Ce qui l'est plus, c'est qu'il ne l'ait pas été non plus en Italie, là où l'acteur étant encore infiniment populaire. Mais ce n'est pas vraiment un mal, le produit semblant beaucoup plus calibré pour la télévision que le cinéma.
En le visionnant, on se dit vite que le film ne ressemble guère à du Antonio Margheriti, ça manque de sa folie habituelle. Cela fait plutôt penser à du Bruno Corbucci en petite forme. Et c'est logique, le projet lui était initialement destiné, il en a d'ailleurs écrit le premier script. Mais Bruno Corbucci est victime d'un infarctus et décède à Rome en 1996 à seulement 65 ans. On refile donc le bébé à un Margheriti sans grand enthousiasme.
A l'époque, la folie de la réalité virtuelle, en plein boom au début des années 90, est déjà passée de mode. Après avoir fait fantasmer tout le monde, on s'est rapidement rendu compte que la technologie de l'époque rendait tout ça difficilement réalisable. Il est amusant de se dire que la réalité virtuelle s'est aujourd'hui concrétisée, même si elle fait paradoxalement beaucoup moins rêver qu'au début des années 90. Le cinéma va énormément se nourrir de cette technologie et de ce fantasme absolu. On pense bien sûr à Tron (1982), mais surtout au Cobaye (1992), vaguement inspiré d'une nouvelle de Stephen King, qui lança vraiment la mode de la réalité virtuelle et en fit le rêve de bien des gamers. Les italiens devaient vraiment s'intéresser au sujet car, outre ce Cyberflic, ils produisirent la même année Nirvana avec notre Christophe Lambert national. Mais le chef d’œuvre du genre n'arrivera qu'en 1999 avec le célèbre Matrix des frères Wachowski, film réunissant à peu près tous les rêves les plus fous du gamers geek de l'époque.
Le sujet demandant quand même un certain niveau de financement, le film fut coproduit avec les États-Unis. Le script fut remanié là-bas par son producteur exécutif Ferdie Pacheco, mais Margheriti n'en était guère satisfait, ce qui amena quelques tensions entre eux. Il réalisa donc le film en professionnel, mais sans son inventivité et son enthousiasme habituel.
Afin d'apprécier au mieux le film, il ne vaut mieux pas avoir de trop grandes ambitions avant de le découvrir. Soyons francs, c'est quand même pas terrible, terrible. C'est tout de même toujours un plaisir de revoir ce bon vieux Terence Hill, même s'il n'a plus sa pêche d'antan, d'autant plus qu'il est doublé en français par Dominique Paturel, comme à la bonne époque. La voix de ce dernier a aussi perdu un peu de son énergie, mais lui aussi a vieilli et c'est naturel, cela reste donc un vrai plaisir de retrouver ces deux là ensemble. En Italien, c'est Michele Gamino qui le double, comme ce fut toujours le cas depuis Don Camillo (1983) où il avait remplacé le mythique, Pino Locchi. A noter que ce dernier était décédée en 1994, soit 3 ans avant ce Cyberflic.
Film "récent" oblige, le repack a été une véritable formalité. Le temps de préparer les fichiers et j'ai fait ça en 5 minutes maxi. La VF provenant du zone 1 canadien, je me suis dis que, pour une fois, je n'aurais pas besoin de convertir la vitesse de défilement pour que cela colle à la (très belle) vidéo du Blu-ray allemand. Sauf que ce dernier, et c'est la première fois que je vois ça, est en 25 images secondes, soit le format PAL des DVD ! Mais ça n'a pas vraiment posé de problème, juste une petite conversion de la piste son. Il m'a suffit de placer le début de la piste au bon endroit et c'était fini. Enfin presque : la piste sur le DVD étant très légèrement décalée sur plusieurs parties du film, j'ai donc dû régler ça. Pour la version italienne, je n'ai eu qu'à placer le début et recaler la piste vers la fin, car un plan était un poil plus long sur le DVD italien. Dernier étape, il me fallait régler la tonalité de la piste italienne, celle de la piste française étant déjà comme il faut. Et voilà, c'était fait. Il n'y avait plus qu'à vérifier tout ça. Passer du repack de La colère du vent à celui de Cyberflic, ça m'a fait tout drôle. On a curieusement pas la même satisfaction, mais ça repose.

Pour finir cette petite fiche, terminons avec deux petites anecdotes. La première m'est plutôt personnelle, puisque l'on peut voir sur les étagères du fond du bureau de la petite fille, une boite d'un de mes jeux préféré : Under a Killing Moon. Ce jeu sorti en 1994 raconte les aventures d'un détective à la Philippe Marlow nommé Tex Murphy. Mais son histoire se déroule dans un futur à la Blade Runner, au milieu des hologrammes et autres voitures volantes. Un jeu assez extraordinaire, plein d'humour, qui mélange images de synthèse et film vidéo avec acteurs, parmi lesquels Margot Kidder et Brian Keith. Il a connut plusieurs suites, la dernière, Tesla Effect, étant sortie en 2014 grâce à une campagne de financement Kickstarter à laquelle j'avais d'ailleurs participé... et je n'ai toujours pas eu le temps d'y jouer. Pour l'anecdote dans l'anecdote, j'étais tellement fan du film qu'à la fin des années 90, avec quelques potes de mon lycée, on avait réalisé une sorte d'adaptation avec un bon vieux camescope. C'était pas terrible pour le spectateur, mais ce sont de très bons souvenirs pour "les acteurs". En tout cas, il faut croire que la petite fille est très fan du jeu aussi, car sur un plan, on peut constater qu'elle possède deux exemplaires du jeu.


Seconde anecdote : si Jess Hill, le fils de vous savez qui, est crédité pour les dialogues additionnels, il apparait aussi dans le film en tant que policier. Ce n'est pas la première fois qu'il fait de la figuration au côté de son père : la première fois, il jouait l'un des bébés des mormons dans On l'appelle Trinita ! Autre apparition, et c'est le cas de le dire, c'est aussi lui qui jouait le fantôme sans tête dans la version longue de Don Camillo. Autant dire qu'il n'était pas facile à voir, ni à reconnaître.

Jess Hill à droite.
Comme vous pouvez facilement commander le film en DVD sur amazon.ca, il n'y aura pas de version en basse qualité. Seule la version HD, inédite en français et en italien, pour nos amis transalpins qui nous rendent visite, est donc proposée ici.


49 commentaires:

  1. Terence Hill devait jouer dans "Panama Sugar", produit par Italo Zingarelli, mais la mort de son fils, début 1990, lui a ôté toute pêche.(Ce qui explique l'affiche réalisée par Casaro avec Terence Hill, réutilisée pour le film) S'en est suivi une période de grande dépression jusqu'à "Don Matteo". "Cyberflic" appartient à cette période, comme "Lucky Luke", lui réussi pour le série TV (il est d'excellents épisodes)et "Petit Papa Baston".

    N'ayant guère l'esprit people, vous ne trouverez rien sur mon blog concernant le décès de Ross Hill et les réactions familiales, mais il explique (avec le changement de cinéma dominant) le déclin de l'acteur jusqu'à la réussite TV des années 2000.

    "Cyberflic" reste en dépit de tous ces défauts (avec "Petit Papa Baston", ce sont les moins bons films de Terence Hill), distrayant et sympathique, dans l'attente de "La chiamavano Maryam", qui semble être d'un timbre très personnel (sortie prochaine en Italie, en salles, sûrement pas en France.) Le DVD italien de "Potenza Virtuale" ("Cyberflic") le plus récent passe en revue toutes les fautes techniques des trucages ;)

    Pour "La colère du vent", j'ai mis hier et ce matin sur votre site et un peu sur Western Movies toutes les informations, entre autres, sur les VHS,et notamment la CASA VIDEO Collection Prestige que je dois voir intégralement, mais ce sera pour le plaisir et donc dans le temps.... dans l'attente du dossier qui devrait sortir en juin ou septembre.

    (Je vois, ici, que vous faites fort justement référence à "Tron", qui n'avait eu aucun succès, nous devions être 5 dans la salle cette fin décembre 1982 dans un grand cinéma bordelais....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais parlé de cette dépression suite à la mort de Ross Hill sur je ne sais plus quelle fiche.
      Ceci dit, je pense que le problème de ce film là, ce n'est pas vraiment Terence Hill, mais le script assez faiblard.

      Pour Tron, le film a été globalement un échec commercial, mais s'est rapidement forgé un statut de film culte, via les sorties VHS, mais aussi les jeux vidéo Atari. Le film n'a pas si mal marché en France, il n'était pas loin du million d'entrées, donc pas si mal pour un film aussi particulier, ce qui explique sans doute qu'il ait toujours été très apprécié chez nous.
      Pour ma part, je l'ai vu la première fois sur Canal+ au milieu des années 80, grosse claque pour moi, c'était un véritable ovni comme je les aimais. Mais j'ai mis une vingtaine d'années avant de le revoir et le charme fonctionnait toujours. La suite est très plaisante, mais n'a absolument plus le même charme et la même portée artistique et historique.

      Supprimer
    2. Merci Jo pour cette info je ne le savais pas. Oui c'est vrai que l'affiche lui ressemble :)
      Niko

      Supprimer
    3. Elle fait plus que lui ressembler : c'est lui :)

      Supprimer
    4. La source est parfaitement fiable, puisqu'elle m' a été donnée par une personne très proche de Terence Hill, qui travaille régulièrement avec et pour lui (y compris sur son dernier film) et fréquente la famille Hill depuis des années. Casaro avait dessiné l'affiche avant le refus de l'acteur d'interpréter cette production Zingarelli, dû au décès de son fils.

      Supprimer
    5. C'est un peu moche de s'être servi tout de même de son visage pour le film. Pas très classe.
      Je n'ai jamais vu le film et je ne crois pas qu'il soit sorti en France. Que vaut-il ?
      A noter que cette affiche a été utilisé pour une VHS d'un Coby & Smith : "Trinita, en veux-tu en voilà". Ils ne s'arrêtaient devant rien !!!

      Supprimer
    6. Le visage est masqué par le chapeau, c'est mon correspondant proche de T. Hill qui m'a envoyé le synopsis papier de "Panama Sugar" que je ne connaissais pas. En fait, si on ne le sait pas, on ne reconnaît pas Terence Hill. J'attends le film d'Italie d'un jour à l'autre, il n'est jamais sorti en France.

      Effectivement, en préparant un gros dossier sur le Coby et Smith "Trinita en veux tu..." , que vous découvrirez bientôt, j'ai vu qu'il avait été utilisé pour une VHS, parmi d'autres couvertures. Comme "La colère du vent", ce "Trinita en veux-tu ...."a été re-titré par différents distributeurs pour les salles et semble avoir connu une exploitation discrète mais assez longue sur de petits circuits d'exploitation. Et produit avec pas mal d'ambition (voir ce qu'en dit Giusti). Vous verrez le livret promotionnel italien pour le marché international, assez luxueux et pas trop difficile à reproduire, entre autres documents.

      Après, quand Barboni a refait à Almeria le suite des "Trinita", dans les années 90 (vous avez les décors sur mon blog Almeria 1980, je les ai vu en construction, comme ceux de la série TV Indianajones, ou encore ceux de Malabar en 1980 (diapos 1980 perdues, non montrées), Hill et Spencer ont refusé que leur image soit utilisée dans les flash-backs, même principe, ils figurent mais visage masqué par le chapeau (en tout cas pour le personnage de Trinita sur son travois, je m'en souviens très bien, j'avais la VHS italienne, le DVD devait sortir, mais toujours pas disponible.)

      En fait tout ce monde semble s'être disputé à ce moment là... (ici, j'interprète ;).) La monographie italienne sur Terence Hill n'est d'ailleurs toujours pas sortie.

      Supprimer
    7. Même s'ils ont quand même mis un chapeau, le bas du visage est clairement celui de Terence Hill et il est facilement reconnaissable. A mon avis, ils ont dû juste un peu plus masquer le haut du visage avec le chapeau et voilà !

      Supprimer
    8. Ce qui est moche c'est d'avoir utilisé son nom pour une vhs: "le trésor du désert" avec Lex Barker. Le film se nomme en réalité le trésor des hommes bleus et Hill avait joué avec Barker dans le trésor des montagnes bleues. Je m'étais fait avoir gamin en achetant cette vhs, que j'ai trouvé en vente sur priceminister..
      http://www.priceminister.com/offer/buy/1721469/Tresor-Du-Desert-Le-VHS.html
      Niko

      Supprimer
    9. Oui, "Le Trésor des Hommes bleus" est un très beau film, avec Lex Barker, l'éditeur "Les documents cinématographiques" a réédité pas mal de son catalogue en DVD, mais pas celui-ci:

      http://www.priceminister.com/offer/buy/2713413/Tresor-Des-Hommes-Bleus-Le-VHS.html

      Supprimer
    10. Oui seulement à l'époque il n'y avait pas internet pour vérifier si ce film faisait partie de sa filmographie..j'avais trouvé cette vhs dans un magasin..
      Niko

      Supprimer
  2. Ahhhhh enfin en bonne qualité! merci gilles!!!! j'ai plus qu'à vérifier avec mon enregistrement tv d'époque qu'il ne manque rien.. mais je ne pense pas ;)
    Niko

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, il est complet. Ils ne coupaient plus rien à ce moment là (même si pour ce film-ci, ils auraient peut-être dû ^^)

      Supprimer
  3. Bonsoir et merci Gilles, mais tout comme « Little Rita » je n'arrive pas à le télécharger...snif ! Au bout de quelques secondes cela m'affiche un message d'erreur ☹ Est-ce-que tu sais d'où cela peut provenir ? Suis-je la seule à rencontrer ce problème ? Caroline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas du tout. As-tu essayé un autre serveur ?

      Supprimer
    2. Oui. J'ai essayé aussi avec plusieurs navigateurs différents mais le problème reste le même. Dommage, c'est l'un des rares films que je n'ai pas vu avec Terence Hill.

      Supprimer
    3. Pas navigateur, mais serveur. Quand tu es sur Megaup, tu choisis quoi ? Sinon, passe par Jdownloader 2. Tu copies et colle les liens dessus et normalement, ça devrait être bon.

      Supprimer
    4. Oui j'ai bien compris, c'était juste pour te dire que j'avais essayé plusieurs solutions en plus des différents serveurs. OK je vais essayer avec Jdownloader.

      Supprimer
    5. Toujours ce message d'erreur qui apparait : "Error occured ! Please try again later or send us feedback email".

      Supprimer
    6. Alors là, je ne sais vraiment pas quoi te dire. Cela semble marcher chez les autres, je n'ai pas de solution miracle, désolé.

      Supprimer
  4. merci je connais pas du tout ce film a découvrir

    RépondreSupprimer
  5. tu l'aurais pas en lien lite ? stp, merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, l'explication est dans le texte. Merci de ta compréhension.

      Supprimer
  6. Antonio Margherettiiiiii, ce nom est rentre dans l'histoire du cinema a tout jamais, merci tarantino poyr cette scene culte!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. possible d'obtenir une version lite svp? 8 gig c'est enorme.. merci

    RépondreSupprimer
  8. Merci beaucoup, Gilles, pour ton repack de ce film sympathique et sans prétention avec Terence Hill et Marvin Hagler.

    RépondreSupprimer
  9. Merci Indy ! Un Terence Hill faiblard mais bon... quand même doublé par Paturel ! En espérant que l'éditeur Canadien continuera de sortir de l'inédit (on croise les doigts).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'ils pouvaient nous faire au moins Les Deux Missionnaires dans son montage français... !

      Supprimer
    2. amazon.ca vend déjà la version anglaise( montage "français"), de qualité basse dont j'ai parlé déjà ici, mais vous pouvez y trouver aussi la version en hongrois et en anglais:
      https://www.amazon.ca/Two-Missionaries-Misszion%C3%A1riusok-Guancia-Hungarian/dp/B00827XPR8/ref=sr_1_5?ie=UTF8&qid=1491223718&sr=8-5&keywords=les+deux+missionnaires

      Sur la version française proprement dite du film, c'est Paramount qui n'exploite pluss son catalogue. Il faudrait qu'un éditeur français rachète les droits pour une édition vidéo limitée, comme aux USA (les majors cèdent les droits pour les BR, n'exploitent plus leurs fonds) ou comme Gaumont l'a fait pour les Louis Malle de chez CIC/Paramount.

      Supprimer
    3. Ah yes s'ils nous font les 2 Missionnaires c'est jackpot... Pareil avec les Pieds-Plats, Aladin, les Extra-Large, Le Professeur, On m'appelle Dollars, Le Corsaire Noir.... Bon ok j'arrête mais il y a un paquet d'inédits qui reste à sortir !

      Supprimer
    4. "Le corsaire noir" a déjà été édité 2 fois en DVD français, sous le titre malheureux de "Deux loustics en bordée", son dernier titre d'exploitation salles : un premier DVD, honnête, avec le générique en français, le second chez Movinside, ce mois de mars, avec générique italien, Scope anamorphique.

      Supprimer
    5. Oui Jo, J'ai d'ailleurs le 1er DVD le générique est français mais l'image arrêtée du titre fait bricolage amateur. Fravidis a fait le minimum syndical. Je ne connais pas la qualité de l'édition Movinside: l'image est anamorphique mais est-elle de bonne qualité et est-ce la copie française intégrale ?

      Supprimer
    6. Il faut je regarde le film édité par Movinside en entier. Pour "Le Corsaire noir", il y aussi les VHS avec le générique original, elles ne sont pas mal en qualité, de mémoire, c'est le titre "Corsaire noir". Pour les titres en images arrêtés, c'était déjà la cas au cinéma : carton "Audifilm" et "Trinita voit Rouge" en arrêt sur image; pour "Les deux flibustiers", copie 35 mm, je ne me souviens plus, je ne l'ai vu qu'une fois en salles vers 1975.

      Supprimer
  10. Ah Non! Et je trouve que le duo avec l'ancien champion du monde de boxe fonctionne bien. C'est le doublage de Marvin hagler peut-être qui est mal adapté..
    Niko

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que les comédiens font ce qu'ils peuvent, c'est plutôt le script, la réalisation et les moyens qui sont un peu léger. Marvin Hagler n'a pas grand chose à se reprocher, même s'il ne fait pas non plus des étincelles. Ceci dit, c'est un simple avis personnel qui vaut ce qu'il vaut. J'ai aimé des films bien plus mauvais !

      Supprimer
    2. D'accord avec Gilles... c'est plutôt le fond du tonneau, ce qui ne veut pas dire que le film n'a pas de qualités, ou qu'il faut l'éviter mais c'est quand même super moyen et j'ai QUAND MÊME acheté le z1 !
      Demain si Gilles nous fait Aladin je serai super content mais bon c'est vraiment pas top non plus.

      Supprimer
    3. L'univers numérique ne correspond pas au cinéma d' Antonio Margheriti grand concepteur d'effets spéciaux "bricolés" (Kubrick l'avait fait travailler sur 2001, c'est lui qui a travaillé sur "...La Révolution" de Leone) pas plus qu'au cinéma de Terence Hill, ce qu'il a heureusement compris dans les téléfilms que j'ai vu de lui, en revenant qui plus est à des rôles plus mélancoliques, moins dans la ligne comique et physique de Trinita que son âge ne pouvait plus lui faire assumer. Dommage que le "Revolver" de Sollima ne se soit pas fait avec Lino Ventura et lui... cela aurait relancé une carrière plus diversifiée, en fin de compte. J'attends avec impatience son dernier film.

      Supprimer
  11. Un Terence Hill que j'avais vu sur M6 à l'époque et qui a été peu rediffusé. Je désespérais de pouvoir le revoir un jour et encore moins le redécouvrir en HD, alors un grand merci à tous les contributeurs pour ce fabuleux repack de Cyberflic!

    RépondreSupprimer
  12. Ah oui, je l'attendais celui ci! Bon, c'est vrai que c'est assez ennuyeux par moment, mais même pas grave, merci.

    RépondreSupprimer
  13. Merci beaucoup Indiana tu nous gatent vraiment de jours en jours A+

    RépondreSupprimer
  14. Merci Indy pour ton formidable taf. Le plaisir de revoir Terence Hill justifie amplement le visionnage du film, qu'importe sa qualité.

    RépondreSupprimer
  15. Réponses
    1. Y a pas de VQ. Puis comme dis dans le texte, Dominique Paturel double Terence Hill.

      Supprimer
  16. Ah OK. Super j'avais raté le passage à propos de DP

    Encore merci

    RépondreSupprimer