Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

samedi 22 août 2015

[Repack] : Lupin III - Le secret de Mamo (HD et SD, VF 1980, 2005 et VOSTFR)

Réalisation : Soji Yoshikawa
Avec les voix françaises de : Marcel Guido / Philippe Ogouz, Lily Baron / Catherine Lafond, Michel Papineschi / Jean Barney, Denis Boileau /
Nationalité : Japon
Genre :  Animation

Durée : 102'
Année de production : 1978

Titre original : Rupan vs Kuron

Quoi ? Lupin III, le célèbre cambrioleur, serait mort ! Loin de se fier à cette information, l'inspecteur Zenigata est bien décidé à suivre son instinct qui lui indique tout autre chose. Et il a bien raison car au plus profond d'une pyramide égyptienne, notre cher Lupin III s'apprête à passer à l'action. Secondé par ses acolytes Jigen et Goemon, il parvient à transmettre son butin à la belle Fujiko mais ignore qui est le véritable commanditaire de ce vol et quel est son dessein.

 "Planet O", célèbre générique de fin de la première VF


 Pour ce texte, j'ai retravaillé celui que j'ai publié sur mon blog de Lupin III

- La piste française de 1980 a été restauré par Carmelo Mike -

 

 "Vous allez maintenant apprendre ce qu'il en coute de contrarier la volonté de Dieu !" 

(Mamo)


Encore une fois, un de mes plus vieux repack refait surface dans une version largement améliorée. D'une part, il s'agit de la version HD, l'image est à tomber, mais en plus vous aurez le choix entre la VOST et entre les deux VF existantes, celle de 1980 et celle de 2005. Car le film a été doublé à deux reprises. La première fois en 1980 pour une sortie au cinéma qui a dû être très confidentielle et la seconde fois pour une sortie DVD en 2005. Si les deux doublages ont leurs avantages, le premier est clairement celui à privilégier tant il est fabuleux et décuple le plaisir de la vision. Pourtant, ce doublage se base sur la version américaine qui avait malheureusement changé tous les noms sauf celui de Lupin. Et si généralement ne pas passer par le doublage d'origine donne des choses médiocres, ce n'est absolument pas le cas ici. Des dialogues plus crus, des acteurs au jeu et au ton Audiaresques... et c'est aussi la seule et unique fois que le personnage de Lupin III, le petit-fils du grand Arsène Lupin, est appelé par son vrai nom en France. En effet, un imbroglio juridique a fait que ce personnage n'a pu être exploité sous ce nom sous nos latitudes. Ainsi, selon les films et séries, le personnage aura été rebaptisé Wolf, Rupan, Lupan ou encore Vidocq (le 4eme du nom bien entendu)... ! Mais son nom le plus célèbre chez nous est bien entendu Edgar de la Cambriole puisque c'est avec ce nom-là qu'a débarqué la seconde série du personnage dans les années 80 et c'est aussi celui-ci qu'avait choisi IDP pour relancer le personnage en 2005. Malheureusement, malgré d'immenses qualités, les séries et films de Lupin III ne parvinrent jamais à attirer véritablement les foules chez nous, à l'exception du second film, le célèbre Château de Cagliostro. Mais la popularité de ce film est surtout dû (malheureusement) à son réalisateur, Miyazaki dont c'était le premier long métrage et qui avait participé à la première série de Lupin III également. Si ce film est fort sympathique, il s'éloigne énormément des vrais personnages, quand il ne les sacrifie pas complètement, et transforme le tout en film d'aventure pour enfants. Un bon film mais pas vraiment un bon Lupin en sommes. Malheureusement, les amateurs de Miyazaki n'ont jamais eu envie de découvrir les autres films et séries du personnage qui n'avaient pas la chance d'être signés par le maître, très à la mode en France.


"Ce que je répugne chez toi, ce sont tes instincts secrets et tes intentions indescentes" 

(Goemon)

 

Si je trouve le film de Miyazaki gentillet et plus que regardable, il est très loin de valoir le premier long-métrage du cambrioleur.  Car Le Secret de Mamo est bien plus noir, caustique, affreux, sale et méchant... soit beaucoup plus fidèle au vrai Lupin III du manga. C'est un film merveilleusement construit où l'on ne s'ennuie pas une seule seconde. Tout est là : de l'action, de l'humour, de l'émotion... et surtout un scénario extrêmement riche, varié et aux rebondissements surprenants.  Pour une fois le trésor n'est pas matériel puisque la pierre recherchée n'a pas de valeur en soit. Cette fois Lupin défie tout simplement Dieu et la mort ! Le film évoque également un sujet qui peut paraître banal aujourd'hui mais réellement novateur à l'époque : le clonage. On comprend mieux pourquoi Lupin est obligé d'en expliquer la signification à Jigen lors d'une scène du film.
C'est également l'un des rares films où TOUS les personnages récurrents sont parfaitement exploités. Chacun a son moment de gloire et ses tirades cultes. Contrairement au film de Miyazaki, ils ont tous une fonction bien précise, à aucun moment on ne se dit que leur présence est facultative. C'est assez rare pour être souligné.
Si désirez savoir à quoi ressemble le manga de Lupin III, pas besoin d'y aller par quatre chemins : Le secret de Mamo est tout bonnement le Lupin qui lui est le plus fidèle. Exit le côté enfantin des séries TV et autres téléfilms, nous avons affaire ici à du pur Lupin pour adulte. On y retrouve ainsi l'esprit si étrange, quelque peu dérangeant, un peu salace et forcément décalé du manga. Nous avons droit ici à un véritable mix entre surnaturel, science fiction, film de James Bond (comme ce sera souvent le cas), série B, horreur, érotisme...

 "Seul Dieu ou un demeuré total peut avoir un tel subconscient !" 

(Mamo)

 

Ce qui frappera les néophytes de ce Lupin "mangaesque" seront tout d'abord les rapports des protagonistes, bien différents par rapport aux adaptations qui suivront. Ainsi, Lupin, Jigen et Goemon auront des frictions bien plus intenses qu'à l'accoutumé. Ils n'hésiteront pas à se rentrer violemment dans le lard et les tensions entre eux seront bien plus palpables. Leur amitié est là, mais on les sent bien plus individualistes et moins soudés. Ainsi, voir Goemon perdre aussi souvent son calme risque d'en surprendre plus d'un. L'entendre menacer Jigen encore plus. Et pourtant, ces rapports tendus n'ont rien de surprenant pour celui qui a le bonheur de connaître la version papier de Lupin III.
Pour la seule et unique fois, Fujiko sera la véritable "Lupin's girl" d'un film ou téléfilm. Une fois n'est pas coutume, elle ne sera pas à la poursuite d'un quelconque trésor mais à la recherche de la jeunesse éternelle afin de préserver à jamais sa divine beauté. Si sa vanité n'a jamais semblé aussi grande, cette recherche est néanmoins contrasté par le fait que son désir n'a de but que de s'offrir éternellement à... Lupin. Alors que d'habitude, la petite peste ne songe qu'à rouler dans la farine son éternel soupirant, voilà qu'ici elle lui fait part d'une extraordinaire preuve d'amour qui ne manquera pas de surprendre le spectateur.
Même Zenigata est assez différent de celui que l'on a l'habitude de voir. S'il reste toujours aussi comique, il est également bien plus féroce que jamais. Cette fois, lorsqu'au début il apprend "la mort" de son Némésis Lupin, il n'est pas peiné le moins du monde. Au contraire, il s'empresse d'aller vérifier la chose et d'achever son ennemi de toujours d'un pieux dans le cœur pour le cas où ! Il le dira et le répétera tout du long : tant qu'un Lupin respirera sur cette terre, il n'aura de cesse de lui courir après ! On apprends également dans ce film que Zenigata est non seulement marié mais également... papa ! D'une fille !
Bref, les personnages sont bien plus approfondis, possédant une personnalité bien plus sombre que celle habituellement proposée.

"Ah le bandit ! Le salopard ! Oh c'est bien lui le vrai de vrai ! Il est donc vivant, plus vivant que jamais ! Ahahahah ! Je ne mourais pas avant de l'avoir coincé ! Jamais je ne renoncerai ! Je te poursuivrai jusqu'en enfer et je graverai mon nom sur chacun de tes os pourris !" 

(Zenigata)

 

Pour en revenir à l'ambiance générale du film, on note un character design qui peut paraître assez grossier, voir brouillon au premier abord mais qui est surtout directement issu du manga. Certains n'aimeront pas mais pour ma part je le trouve sublime et en parfaite adéquation avec l'univers de Monkey Punch. Le style sera repris avec moins de réussite dans les premiers téléfilms, au début des années 90.
Le film reflète un humour très adulte, parfois malsain, n'hésitant pas à sombrer dans la paillardise la plus complète comme lorsque Lupin est à deux doigts de violer Fujiko afin d'assouvir ses besoins les plus primaires. Il faut le voir défoncer à coup de hache l'épaisse porte en bois qui le sépare de Fujiko, se désaper plus vite qu'Arturo Brachetti et plonger sur elle tel un animal en rut ! Et lorsque Mamo fouillera dans le subconscient de Lupin, ce qu'il y trouvera ne sera pas vraiment politiquement correct...
Impossible de ne pas trouver le film "violent". Dans Le secret de Mamo, on y voit tout de même de parfaits innocents se faire mitrailler alors qu'ils sont tranquillement en train de boire à une terrasse de café. Ça n'a l'air de rien mais ce genre de scènes est très peu fréquente dans un dessin-animé. Et il n'est pas fréquent non plus d'y voir Goemon découper de son sabre, le visage de son adversaire... Ça a beau être montré de manière humoristique, c'est cinglant et très perturbant... dans le bon sens du terme.
Mais je ne vous ai pas encore parlé du grand méchant de ce film, Mamo. Sans aucun doute, c'est l'ennemi le plus grandiose qui ait jamais été opposé à Lupin. Comment faire mieux ? Lupin s'attaque tout simplement à "Dieu". Partiellement inspiré de Swan, le méchant du film Phantom of Paradise de Brian De Palma, Mamo est le plus grand mégalo de l'univers de Monkey Punch et il est terriblement charismatique. Ne vous fiez pas à son air repoussant, c'est l'être le plus dangereux que Lupin ait jamais pu croiser. Il est à noter que le second doublage français (celui d'IDP) fait perdre beaucoup de charisme au personnage car en le doublant avec une voix nasillarde, du genre celle d'un gnome, il semble presque transformer en vulgaire méchant de seconde catégorie. Par contre, le premier doublage de 1980 ne pouvait lui rendre plus justice. En effet, sa voix fait inévitablement penser à celle de Fantomas, dont Mamo semble quelque peu inspiré aussi. Sa soif de contrôler le monde, ce visage inhumain, cette froide cruauté envers ses ennemis... A noter qu'il utilise le pseudonyme de Foward Fughes qui est clairement un clin d’œil au milliardaire et réalisateur excentrique américain Howard Hughes. A savoir également que, s'il existait déjà un Mamo dans la première série de Lupin, il n'avait rien à voir avec celui-ci.
La musique de Yuji Ono, la même que la seconde série, fait des merveilles et enfonce définitivement le clou. Ce coup d'essai est tout simplement un coup de maître. C'est sans appel : Mamo est bien le meilleur film jamais réalisé sur Lupin III. Injustement obscurcit par le sur-côté Chateau de Cagliostro dopé par l'aura du maître Miyazaki, Mamo et son secret méritent donc plus qu'une réhabilitation. Le regarder avec son premier doublage français devient donc plus qu'indispensable. Impossible de nier que jamais le véritable Lupin n'aura été si bien retranscrit en animé. Pas étonnant que Monkey Punch lui-même soit si attaché à ce film.

"Ta gueule l'hysterico-Kung-fu !" 

 (Jigen)

 

Nous n'avons pas encore vraiment parlé des deux doublages français. Commençons par le second si vous le voulez bien. Celui-ci a donc été réalisé en 2005 lorsque la société IDP a tenté de relancer l'intérêt du personnage en France. IDP aura soigné tout ça puisque pour plus de cohérence et de respect, ils auront repris les noms historiques français et seront allé cherché une partie du casting de la seconde série qui avait été doublée en partie durant les années 80. Ainsi Philippe Ogouz, bien moins décrié que sur son rôle de Ken le Survivant, repris le rôle d'Edgar de la Cambriole (Lupin) et Catherine Lafond celui de Magali (Fujiko/Magali). Pour les autres comédiens, si on aurait aimé retrouvé également Francis Lax, Jacques Ferrière ou Serge Lhorca, ils étaient à la retraite depuis un moment quand ils n'étaient pas tout simplement décédé.  Ainsi de nouveaux comédiens talentueux reprirent les rôles : Philippe Peythieu (Jigen), Jean Barney (Goemon) et Patrick Messe (Zenigata/Lacogne). Un joli casting qui fut reprit sur toutes les productions Edgar d'IDP. Pour le film présent, il fallait également ajouter Jean-Claude Sachot qui double Mamo mais, comme je vous l'ai déjà souligné, de manière vraiment trop caricaturale. Malgré tout ce beau monde, ce doublage pourtant très agréable ne met pas en valeur ce film comme il le devrait et demeure trop classique.
Le premier doublage est beaucoup plus magique. Réalisé en 1980, il utilise une équipe de comédiens qui ont visiblement doublé d'autres films ensemble car j'avais retrouvé exactement la même équipe en découvrant le film méconnu italien Le Justicier au Gardenia. La plus facilement reconnaissable est la légendaire actrice Lily Baron qui double Fujiko alias Margot dans cette version. Goemon est doublé par un autre acteur à la voix très connue : Michel Papineschi (Robin Williams). Zenigata (Ed Scott) est quant à lui doublé par Richard Leblond (l'avocat de la Famille Addams dans le premier film, Gandolfini dans True Romance...). Mamo n'était pas facile à identifier puisqu'il s'agissait de Denis Boileau. Je remercie d'ailleurs une fois encore David G. car il a contacté le comédien qui s'est lui-même reconnu. Denis Boileau est tout bonnement extraordinaire dans ce rôle, sans aucun doute le meilleur Mamo, toute version confondue. Enfin Lupin est quand à lui doublé par Marcel Guido, un habitué aux seconds rôles (comme Mike dans 24 H Chrono par exemple). Il y est vraiment formidable ici. Et si c'était lui le meilleur Lupin qu'on ai jamais eu en France ? Il n'est pas interdit de le penser. Pour mon plus grand malheur, je n'ai pas été capable de reconnaître le comédien doublant Jigen (Dom-Dom). Mais certains pensent à Bernard Jourdain, mais ayant eu Marcel Guido au téléphone, il m'avait dit ne pas connaître du tout ce nom là. Mais totu ça est assez vieux, ils n'ont peut-être travaillé qu'une seule fois ensemble.
Pour cette VF, Carmelo Mike a totalement restauré la piste de la VHS. Elle est sans commune mesure avec la qualité, pourtant plutôt bonne, que j'avais auparavant proposée. Elle est entièrement nettoyée et ressemble désormais à une bonne piste Laserdisc. Carmelo a même corrigé les défauts d'origines qui se trouvaient sur tous les enregistrements comme diverses petites pétouilles qui apparaissaient ici et là. Comme Carmelo est un perfectionniste, ce doublage vous est même proposé en deux versions : une version non compressée en PCM et une autre compressé en AC3. Les deux pistes se trouvent dans le repack. J'espère que vous ferez une ovation pour l'extraordinaire travail que Carmelo, ce grand passionné du son, a effectué encore une fois.


"Même si tu devais mourir cent fois, c'est le cadet de mes soucis ! Ce qui compte pour moi c'est que tant qu'il restera un homme du nom de Lupin, je le poursuivrai jour et nuit !" 

(Zenigata)

 

Quelques anecdotes maintenant : si la scène de poursuite vous dit quelque chose, c'est parce qu'il s'agit d'un hommage au Duel de Steven Spielberg. La chute du camion est en tout point identique à l'original.
Autre détail sympathique : plusieurs peintures sont représentée dans ce film rendant divers hommages à Salvador Dalì, Maurits Cornelis Escher, Giorgio De Chirico, Pierre-Auguste Renoir, Don Eddy  ainsi que Michelange.
Pour en revenir aux multiples doublages du film, les deux doublages différents pour Le secret de Mamo ou les trois pour le film Le Chateau de Cagliostro en France ne constituent en rien un record puisque le premier long métrage de Lupin III connut aux USA ainsi qu'en Italie bien quatre doublages différents ! Aux USA, le film a d'abord été doublé en 1978 chez Japan Airlines (pour le diffuser durant les voyages en avion), en 1995 chez Streemline Dub, en 1996 chez Manga Vidéo et enfin en 2003 chez Pioneer/Geneon. Quant à l'Italie, pays dont le personnage est le plus populaire, si le dernier doublage possède son casting mythique, l'adaptation a malheureusement était faite sur la traduction très discutable d'une des dernières versions Américaine, contrairement aux précédents doublages. Roberto Del Giudice (Lupin) et Sandro Pellegrini (Jigen) ont participé au premier, second et quatrième doublage ! A noter que le second et quatrième doublage sont incomplets car censurés. J'ai longtemps hésiter à inserer les 4 doublages italiens dans le repack car Lupin est tellement populaire en Italie que ces versions là sont plus que des curiosités pour les fans, elles sont essentielles. Mais je me suis dit après coup que cela n’intéresserait sans doute pas grand monde, surtout sans sous-titres adaptés à chaque version, et que cela ne ferait que rendre le repack plus long à télécharger pour la plupart. Si je me trompe et que cela vous intéresse, n'hésitez pas à me le dire car je pourrais peut-être vous les rajouter ou... les mettre directement sur les prochains repacks de Lupin. Car ça ne fait que commencer ! ;)
Quelques mots sur le générique de fin présent sur le premier doublage. Il s'agit de la chanson Planet O de Daisy Daze et Bumble Bees qui fut utilisé sur le premier doublage français, italien, américain... Ce générique exceptionnel est pour les italiens ultra-culte car il ne fut pas seulement utilisé pour ce film mais aussi pour le générique italien de la première série de Lupin. Et si le texte n'a absolument aucun rapport avec notre bon cambrioleur - on y parle de pirates de l'espace qui viennent soumettre les femmes de la terre... un texte quelque peu sado-masochiste ! - elle se fond merveilleusement dans son univers et semble avoir été crée pour lui. Vous aurez tout le loisir de l'écouter et de la réécouter, puisque je l'ai ajoutée à l'OST du film que je vous propose en bonus. Sans elle, elle ne saurait être véritablement complète.
Enfin, je vous ai mis en bonus le générique issu de la VHS française des années 80 car il s'agissait d'un montage spécialement crée, regroupant diverses scènes du film.




Liens MKV VF 1980, 2005 et VOST (6,20 Go) :

32 commentaires:

  1. Quelle belle surprise !

    Merci beaucoup Indiana Gilles.

    RépondreSupprimer
  2. JéoubliémonNom22 août 2015 à 04:06

    Super ! J'avais bien apprécié ce film qu'un ami m'avait fait découvrir en vhs !

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup Indiana Gilles et Carmelo pour votre super taf!

    RépondreSupprimer
  4. Super merci pour cet animé super de Edgar.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet opus des aventures d'Edgar de la cambriole avec Lacogne lol et merci aussi pour le premier doublage et aussi pour les anecdotes très intéressantes ;)

    RépondreSupprimer
  6. Curieux de découvrir ce film Un grand merci

    RépondreSupprimer
  7. Merci, pour ce beau film d'animation. C'est vraiment formidable de retrouver les anciens doublages. Bravo encore!

    RépondreSupprimer
  8. Excellent
    Merci beaucoup
    radisnoir

    RépondreSupprimer
  9. Merci à vous deux pour le af et la découverte, je ne connais que la série diffusée en france et Le Chateau de Cagliostro.

    RépondreSupprimer
  10. Woah merci pour ce partage sa fait longtemps que je le cherche avec ce doublage !
    Il me faut juste Le Chateau de Cagliostro avec le doublage de 1983 (la VHS) et j'ai tous les films de Lupin III.

    RépondreSupprimer
  11. Un Immense Meeerciiii pour le premier doublage et en HD !!

    RépondreSupprimer
  12. Super repack Gilles.
    C'est le meilleur film de Lupin le Troisième. Juste avant qu'il se transforme en Robin des bois ou en Pied nickelé dans la série ou les prochains films.
    Il m'a pris du temps à restauré le doublage de 1980. J'ai souvent laissé tomber car mes anciens nettoyages détérioraient légèrement la qualité des musiques ou des dialogues. Il m'a fallu plusieurs essaies pour arriver à ce résultat.
    Même si le résultat que j'ai pu obtenir est fort bon, je reste tout de même insatisfait sur certains points. J'aurai pu obtenir un résultat encore meilleur si j'avais accès à des logiciels encore plus Pro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un perfectionniste mais ton boulot est déjà sensationnel.
      Par-contre j'espère que tu apprécieras d'autres films de Lupin car je pense que tu vas être surpris par pas mal d'entre eux. La qualité est très inégale en fait et le style change souvent.
      Mais Mamo reste mon préféré, surtout avec cette première VF.

      Supprimer
    2. A l’exception de "L'or de Babylone" que je n'ai pu voir en entier (trop chiant), j'ai vu tous les films de Lupin III. Les seules qui respectent le manga et le personnage de Monkey Punch sont celui-ci et "Dead or Alive". Il y a aussi la 1ère série (les 1er épisodes) et la 4ème qui sont très proche du manga. C'est bien dommage, je trouvais que Lupin était un très bon Anti-héro.
      J'ai vu aussi pas mal de TV Spécial, mais ils suivent quasiment tous le même schéma de Cagliostro : A la fin, les méchants sont anéantis, tout le monde est sauvé et Lupin repart bredouille pour montrer que "le crime ne paie pas".
      Comme tu le dis, la qualité est très inégale.

      Supprimer
  13. un très grand merci
    j'adore ce personnage
    je cherche les dvd de la saison 1 introuvable dans le commerce (j'ai loupé les réeditions il y a 5 ans AAARG !!!!) ou des rip de bonnes qualités ... Des pistes ?
    des pistes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu es patient, tu devrais être aux anges. Je ne savais pas que c'était devenu introuvable en DVD par-contre.
      En tout cas, on n'en a pas fini avec Lupin ;)

      Supprimer
  14. je suis patient :)
    ou impatient ?
    en tout cas merci pour l'info ...

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour ce Lupin, très beau travail! As-tu utilisé le Blu-Ray japonais ou Italien pour ce repack?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le Japonais.L'italien possédait le même master ceci dit, il manquait juste le premier écran bleu au tout début avec la phrase en japonais.

      Supprimer
  16. Merci beaucoup, depuis que je voulais le revoir avec la première vf (Bien que j'aime beaucoup la deuxième).

    RépondreSupprimer
  17. merci pour ce premier lupin dispo sur ton site

    RépondreSupprimer
  18. Merci bcp. C top !
    Par contre, je comprends pas l'intérêt d'avoir upscalé les bonus en 1080p... zarb

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement c'était loin d'être indispensable mais bon pourquoi pas ?

      Supprimer
  19. Merci beaucoup pour ce dessin animé que je connais pas. J'ai vu Cagliostro il y a des années mais celui-ci a l'air largement aussi bon.
    Et merci pour toutes les infos.

    RépondreSupprimer
  20. Personnellement, j'aime aussi beaucoup "Le Complot du clan Fuma".

    RépondreSupprimer
  21. J'avais l'impression de t'avoir laissé un p'tit mot de remerciements...mais je vois que non. Honte à moi, ça faisait longtemps que j'étais passé ici pour ce Lupin remarquable! J'adore le passage avec les décors "artistiques" du monde de Mamo. Merci pour tout ce que tu fais, et autant d'éloges à Carmelo pour la VF. :)
    Phil

    RépondreSupprimer