Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

dimanche 13 avril 2014

[Repack] : Le Corsaire Noir - version intégrale inédite (VF + VO)


Réalisation : Vincent Thomas (Enzo Gicca Palli)
Avec : Terence Hill, Bud Spencer, George Martin, Sal Borgese, Silvia Monti
Nationalité : Italie
Genre : Aventure
Durée : 99'
Année de production : 1971
Titre original : Il corsaro Nero

Titres français alternatifs : Les deux flibustiers, Deux loustics en bordée

Après avoir enlevé la femme du roi d'Espagne, le corsaire Blackie apprend par celle-ci le transport d'une grosse cargaison d'or à destination du Mexique. Mais Skull, un corsaire rival, coule son bateau, espérant ainsi profiter seul du magot...


Si notre tandem se retrouvent pour la 5eme fois dans un même film, seul Terence Hill a ici le premier rôle, Bud Spencer se contentant d'un rôle secondaire de méchant. Ce dernier fut même imposé par la production au réalisateur Enzo Gicca Palli (qui signa le film sous son pseudonyme de Vincent Thomas) qui le tolérait à peine, ne le considérant pas comme un acteur mais comme une simple présence physique, une gueule et rien de plus. Bud Spencer ne lui en voulait pas, lui qui venait du monde du sport et pensait que chacun de ses film serait le dernier. Comment Vincent Thomas a-t-il pu renier l'indissociable Bud Spencer de Terence Hill, me demanderez-vous ? C'est simple : le film le plus atypique du duo a été tourné entre les deux Trinita avant que le premier ne sorte au cinéma et ne fassent d'eux le duo le plus célèbre du cinéma depuis Laurel et Hardy.
Malgré un budget que l'on sent assez restreint (ne vous attendez pas à d'énormes batailles navales), le film est très agréable à suivre et se révèle tout à fait honnête. Des duels à l'épée, des rebondissements en veux-tu en voilà, un peu d'humour (surtout grâce à la présence du faux Duc joué par le sympathique George Martin), quelques bastons... il n'y a pas le temps de s'ennuyer dans les aventures de Blackie le Pirate.
Suite aux succès postérieurs des films de Hill et Spencer, les exploitants peu scrupuleux de tous pays, italiens et français compris, réexploitèrent le film comme s'il s'agissait d'un film comique et comme si le rôle de Bud Spencer était tout aussi important que celui de Terence Hill. Bud Spencer fut donc largement mis en avant sur les diverses jaquettes et affiches. En France, le film changea plusieurs fois de titre puisqu'on le connait aussi sous celui de Les Deux Flibustiers (chez René chateau vidéo) ou pire sous celui plus comique et terriblement mensongé des Deux loustics en bordée avec une affiche, totalement hors sujet. Une honte. Une VHS a également été commercialisé sous ce dernier titre mais présentant l'affiche et des photos du film Les deux missionnaires. Aujourd'hui, la seule édition française du film en DVD est sorti avec ce nom également bien que le master français au générique indique clairement le titre original, Le Corsaire Noir... sous-titré par le second nom du film, Les deux flibustiers ! De quoi devenir schizophrène ! Je vous invite à aller voir ce lien pour aller admirer les divers visuels dont a été affublé le film dans divers pays.
Que ce soit en français ou en italien, les deux acteurs sont doublés par des voix qui paraitront assez incongrues aujourd'hui. Ainsi sur la VF, Terence Hill hérite de la voix suave et chaleureuse de Jean-Claude Michel (voix française de Sean Connery et Clint Eastwood) alors que Bud Spencer hérite lui de celle de Michel Gatineau (voix française de Michael London). Il faut tout de même admettre que si cela nous semble bizarre avec le recul par rapport à ce qui suivra, la VF était de très bonne qualité. Elle faisait appel à un excellent casting vocal puisqu'on pouvait y entendre Roger Rudel, Marc Cassot, Albert Augier, Pierre Morin... On peut également s'amuser de compter parmi les voix française, celle de Jacques Thébault qui doubla Terence Hill dans Dieu Pardonne, moi pas, Les Deux Missionnaires et Pair et Impair. Également présent, Pierre Garin qui doubla lui Bud Spencer à deux reprises, une première fois dans le film L'Embrouille et une dernière fois dans le film Faut pas pousser.
Le DVD français possède une image médiocre avec des couleurs délavées et un format 4/3 d'un autre temps. Le montage français est malheureusement incomplet, les dix premières minutes du montage original ayant tout simplement été coupées afin que le film ne dure pas plus de 90 minutes, le sacro-saint timing parfait pour les exploitants de cinéma qui cherchaient ainsi à faire le plus de séance possibles. Tout le reste est présent. C'est un remontage qui nous change des habituelles coupes faites un peu partout et ce n'est pas plus mal. Nous avons sûrement eut ici affaire à un monteur un peu pressé ou fainéant. L'avantage c'est qu'après la fameuse séquence, cela nous évite d'avoir des trous à tout bout de champs. Le film restait compréhensible même si certains détails dans les dialogues français trahissaient la perte de cette première partie. J'ai d'ailleurs cherché à savoir si ces premières minutes n'étaient pas disponibles en français sur une des nombreuses éditions VHS du film mais après avoir mené mon enquête, les trois éditions que j'ai trouvé sont toutes sans le fameux début. Je pense donc qu'elles n'ont malheureusement jamais été doublée. Cela est étonnant puisque c'est une grosse séquence d'action avec bagarre et duel à l'épée. Habituellement, les ciseaux des monteurs s'attaquaient plus aux dialogues qu'ils trouvaient superflus qu'aux passages d'action dont le public était friand. J'ai bien entendu sous-titré ce passage pour vous. La VO est également présente dans le MKV mais je n'ai pas sous-titré le reste.
Petite particularité intéressante relevée par JP : le générique initial italien est composé d'images fixes qui changent en fondus enchaîné alors que le générique français est composé d'une vidéo du bateau qui navigue. Étrange non ?

Version légère en avi :


Mot de passe : indianagilles

27 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. merci pour ce film :)
    J'avais trouver le dvd d'occase sur un site de vente en ligne mais c'est vrai que la qualité n'été vraiment pas géniale
    Sinon je suis d'accord avec toi pour dire que ce film est sympa à regarder même si il n'est pas parfait
    Au faite je croyais que le film titré "le corsaire noir" était un film de Sergio Sollima dont j'ai vu des extraits et qui est aussi un film de pirates

    RépondreSupprimer
  3. Encore une rareté ! T'es décidément un mec génial !!!
    Un tout grand merci à toi,
    Cyrano

    RépondreSupprimer
  4. Oui, ils ont le même titre. Je suppose que pour les italiens qui connaissent bien les écrits de Salgari l'auteur de Sandokan, ce titre pouvait paraitre plus vendeur. Ceci dit, le film de Sollima est sorti bien plus tard.

    RépondreSupprimer
  5. Un gros merci pour ces repacks Terence Hill / Bud Spencer : du vrai travail de passionné !!!
    Quelques questions pour toi sur celui-ci : L'édition DVD semble avoir une image 2.35 alors qu'ici il me semble qu'il s'agit de 1.85 mais je crois que l'image du DVD est 4/3 et pas Panoramique. Également le générique de ton repack est fait de fondus enchaînés alors que l'image (abimée il est vrai) montre le générique en français sur des images de navigation. Il ne s'agit pas de critiques du tout je n'ai pas vu ces détails dans ton commentaire de repack.
    En tous cas encore un fois : fantastique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien fait de le dire, je n'avais pas remarqué. J'ai apporté cette précision sur l'affiche. C'est étrange cette histoire de générique ! Bravo pour l'avoir noté, il y avait bien quelque chose que je trouvais bizarre en regardant le DVD Italien mais ça ne m'avait pas sauté aux yeux.

      Supprimer
    2. Autre particularité de la piste anglaise : en + d'être la langue d'origine de George Martin ou Terence Hill par exemple, la chanson du générique est chantée par le même groupe mais en Anglais... Bien que ne parlant pas Italien, la version Anglaise rend moins bien que l'autre...

      Supprimer
    3. Oui je voulais dire qu'ils semblent avoir enregistré leur dialogue en Anglais mais il m'est difficile de répondre pour savoir si la voix est la sienne en Anglais (je n'ai pas ton expérience et ne parlant pas Italien je regarde rarement une VI surtout sans les sous-titres !); c'était plus la chanson du générique en Anglais la vraie surprise...

      Supprimer
    4. Tu veux dire que c'est la voix de Terence Hill qu'on entend en anglais ? Terence Hill est italien (et allemand par sa mère) mais maitrisait assez bien l'anglais au contraire de Bud Spencer (qui ne maitrisait pas du tout la langue et disait avant tout le premier et dernier mot pour donner la réplique aux autres). Il a longtemps cherché à perfectionner son anglais, de masquer au mieux son accent afin de percer dans les films US. Mais en vain. Si sur le tournage, les films étaient à peu près tournés en anglais afin de rendre l'importation américaine plus facile car il n'aimait pas les doublages, et quand on entend leur doublage je les comprend, tout était tourné sans son et postsynchro par la suite dans toutes les langues avec rarement les vrais voix des comédiens. La version italienne demeure la VO, la version de base avec le texte voulu par le réalisateur. Les versions anglaises étaient tout de même plutôt bien synchro mais de piètre qualité et, en ce qui me concerne, reste à fuir comme la peste. Je les déconseille, même pour la curiosité et j'avoue ne plus m'y intéresser du tout.

      Supprimer
    5. Ah oui ! Pour la chanson du générique, ça fait la même chose pour le film La Grande Bagarre ou la chanson a été rechantée en anglais. Même si la version italienne est meilleure, la version anglaise de la chanson m'a semblé plutôt réussie aussi. Je pense que cette traduction dans le Corsaire Noir est là pour rendre l'importation du film aux USA plus facile et masquer les origines latines. Sinon pour ce qui est du tournage en anglais, le plus amusant c'est que les textes anglais du doublage ne correspondent même pas toujours au texte anglais sur le plateau puisque, souvent écrit par des italiens qui sont loin d'en maîtriser toutes les subtilités, le texte est souvent erroné. Je me demande bien à quoi servait vraiment les tournages dans cette langue finalement. Peut-être était-ce plus pratique pour que les acteurs de diverses nationalité parviennent à jouer ensemble ? Il y avait des anglais, des français, des espagnols, des américains... et bien sûr des italiens. Une vraie tour de Babel.

      Supprimer
  6. Je pense que je vais attendre la version avi pour le télécharger car internet rame ^^

    RépondreSupprimer
  7. salut à toi,

    je t'avais écrit y'a quelque temps déjà car je traduis pas mal de films.
    Je traduis Arizona se Déchaîne (Arizona si scatena) de Sergio Martino.

    Je voulais juste m'assurer que tu ne l'aies pas déjà ?
    Sinon, envoie ton mail si tu veux mon fichier sous-titre une fois terminé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, celui-là je ne l'ai pas fait. C'est donc avec plaisir que je le proposerai ici.

      Supprimer
  8. Voilà pour le Martino :
    http://uploaded.net/file/wtlw6ku5

    La synchro n'est pas parfaite : jusqu'à 0, 2 secondes de décalage selon les répliques (c'est vraiment pas dérangeant). De plus, pas mal de répliques pourraient être raccourcies de bien une demi-seconde. Mais pas toutes, ce qui empêche d'utiliser les fonctions de réductions de durée des sous-titres.
    Et de toute façon, mieux vaut qu'ils restent trop longtemps que pas assez (je suis super maniaque sur le fait qu'on aie le temps de lire le moindre sous-titre).

    Mais je t'avoue qu'avec une synchronisation depuis vlc directement (ce qui oblige à quitter le fichier vidéo, enregistrer le sub, puis ré-ouvrir le fichier vidéo pour voir chaque modification), il faudrait perdre trop de temps pour peaufiner quelque chose de superflu.

    Pour le film lui-même, il contient 2-3 passages comiques, surprenant venant du réal. Si je ne m'abuse, on entend même un bruit de pet, ce qui annonce les futurs gag de terence hill et compagnie... (ce film est de 1970).
    Le thème musical est joli, bien que répétitif.

    Mon lien d'origine (traduction faite depuis l'italien, ce qui est précisé sur le fichier srt) :
    http://rarelust.com/arizona-colt-returns-1970/

    Bon film !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, je vais voir ça dès que je peux. ;)

      Supprimer
    2. Merci pour ce sous titrage il est parfait ;)
      D'ailleurs j ai beaucoup aimer ce film que je ne connaissais pas (en plus il y a Aldo Sambrell dedans)

      Supprimer
  9. Merci pour ce partage qui va me permettre de ré-apprécier ce gentil film, et merci pour tous ces commentaires de passionnés.

    RépondreSupprimer
  10. Intéressant film du duo Hill / Spencer qui permet de les voir à l'oeuvre dans un contexte différent de leurs comédies habituelles. Travail de repack impec', comme d'habitude, et un grand plaisir de découvrir le film dans cette belle version. Le film m'a rappelé le cinéma populaire italien des 50s et du début des années 60. L'usage de stock shots, d'ailleurs (facilement détectables, notamment à cause de l'usure des images en cause, plus délavées), semble indiquer qu'on a pigé des extraits de quelques-unes de ces bandes pour masquer le budget limité du film - pratique vue à plusieurs reprises dans le cinéma populaire de l'époque, notamment dans les péplums. Merci, en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que tu sens le film fauché mais qui avec un peu de malice s'en tire très bien.

      Supprimer
  11. allez je me laisse tenter, merci de rendre enfin justice à ses films maltraité par l'exportation et surtout merci de nous les faire découvrir

    RépondreSupprimer
  12. Exacte mon cher Indy, je m'en rappelle maintenant c'est bien "Deux loustics en bordée" et bien je ne me rappelle plus ce que j'en pensais avant mais aujourd'hui je trouve ça très moyen, c'est agréable mais pas inoubliable, ils ont fait beaucoup mieux nos deux Pieds nickelés. Merci pour le travail et le partage c'est formidable de ta part, mon disque dur prend de la valeur !!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien que mineur et pourvu d'un budget très bas, j'ai finalement trouvé l'ensemble bien sympathique. Il est clair que ça nous change des films qui ont suivi. Mais c'est une curiosité assez appréciable si on aime comme moi les films de cape et épées.

      Supprimer
    2. "Le corsaire noir" est mis en chantier (tournage) le 19 octobre 1970. L'annonce trouvée dans une revue professionnelle italienne ("Film Spettacolo", N° 70 du 29 octobre 1970) met bien en avant (comme le matériel publicitaire italien) le nom de "Terence Hill", plus gras et en rouge, dans..... suivent les noms de Silvia Monti (un rôle important dans "Le cerveau" et George Martin, noms en noir comme toute la page.

      Le nom de Bud Spencer ne vient qu'en fin et en lettres noires, même taille que Monti et Martin . C'est un film construit sur Terence Hill, avec une participation de Bud Spencer.


      Quand le film est tourné, "Trinita" n'est pas sorti en salles (décembre 1970 en Italie), et si l'on pense à une pré-production vers fin 1969-1970, "Le Corsaire noir"' n'a rien d'anachronique.

      (Pas plus que "La colère du vent", tourné en juin 1970, mais on en sait plus sur la genèse du film grâce à son metteur en scène Mario Camus, les acteurs originaux ayant été remplacés à la demande du co-producteur italien venu au sauvetage financier du film , Mario Cecchi Gori, par Maria Grazia Buccella, compagne du fils Cecchi Gori, Vittorio , et Terence Hill, un nom porteur -les Colizzi.)

      "Le corsaire noir" récupère certains plans maritimes du "Surcouf", tourné lui aussi aux Studios Balcazar de Barcelone. Il est fort à parier même qu'il s'inscrit dans sa filiation. C'est un cinéma qui fait moins recette après 1968, mais qui reste actif. En France, le total des entrées salles fait 694 047 spectateurs, ce qui n'est pas mal (voir ce que font certains films purement français). Il me semble que c'est 2 millions d'entrées en Allemagne, mais je n'arrive pas à retrouver la source de ces chiffres (Pour les films en France, voir le blog "Box Office" France et les films en Italie, les livres épuisés de Maurizio Baroni).

      De mémoire, (les livres sur le duo Spencer Hill, Italie), l'acteur principal, Terence Hill, aurait fait un procès à la production pour que "Le corsaire noir" reste intact et ne soit pas transformé en film post-Trinita, l'immense succès de ce dernier ayant frappé avant la sortie italienne du "Corsaire Noir", prévue le 19 mars 1971-, c''est-à-dire pendant le tournage de ce film de pirates

      (Je sui en train de lire les "Angélique", d'Anne et Serge Golon et je m'aperçois, que les tomes , hélas, n'ayant pas été adaptés au cinéma, comme "Angélique et le Nouveau-Monde" et ses suites datent de 1967 et 1969. C'est le même monde ;)

      Supprimer
    3. Merci pour tes infos encore une fois.
      Ce film est une vraie curiosité et permet de voir nos deux amis, et surtout Terence Hill, dans un rôle différent.

      Supprimer
  13. C'est toujours avec plaisir, Indiana ! (D'ailleurs cela m'encourage à passer peut-être plus vite que prévu le dossier sur ce film, mais il me faut tout....scanner, on verra cet été le scans pour la programmation vers 2016...)

    Sinon, le B R anglais du "Dernier jour de la colère" est bien sorti dans les temps, il va bientôt m'être expédié de chez amazon co uk.

    J'attends les BR allemands des "Sabata" pour le début de la semaine. Et quelques titres aussi au mois de mai, mais en DVD seulement, Allemagne ( avec pistes italienne ou espagnole) de très bon titres, dont : "L'homme qui tué Billy the Kid", de Julio Buchs, "100 000 Dollars pour Ringo" de Alberto de Martino .

    Réédition chez Artus, en mai, du "20 ans de western européen" de Alain Petit, fac-similé des originaux (que je n'ai plus, mais les jeunes qui n'ont pas lu seront intéressés).

    A bientôt si d'autres nouvelles.

    RépondreSupprimer
  14. J'en garde un mauvais souvenir mais il est temps de se laisser tenter par une nouvelle vision... Encore merci pour le fantastique travail sur le repack !!
    Joe Wasser

    RépondreSupprimer