Attention :

Les repacks proposés ici sont des versions inédites non éditées chez nous, qui ont été réalisées par mes soins ou par celui de mes collaborateurs. Le blog en lui-même n'héberge aucune œuvre, il renvoi vers des liens. Il n'y a aucun but commercial, cela ne génère aucun bénéfice, ces repacks ne sont là que pour empêcher ces films, ces VF, ces montages de disparaitre à jamais. Il s'agit d'un partage "raisonné", les films étant retirés du blog lorsqu'ils sont édités en bonne et due forme, avec entre autre notamment leur VF d'origine complète. Si toutefois la présence de certains repacks posent problème, n'hésitez pas à m'écrire par mail. Lorsqu'un repack est retiré, inutile de me demander de le remettre. A moins que l'édition soit épuisée et impossible à retrouver.

REJOIGNEZ MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/indianagillesrepacks?fref=ts

MA CHAINE YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCzdEiz9bvKXPXIYD51NbaSw

samedi 15 avril 2017

[Repack 1.1] : Creuse ta fosse, j'aurai ta peau (SD, VOST)

Réalisation : Edoardo Mullargia et José Antonio de la Loma
Avec : Anthony Steffen, José Calvo, Ida galli, Aldo Berti, Gemma Cuervo, Hugo Blanco
Nationalité : Italie/Espagne
Genre : Western
Durée : 85'
Année de production : 1965
Titre original : Perchè uccidi ancora ?

A la suite d'une rixe avec McDougall, Lopez se retrouve paralysé. Ce dernier punit son ennemi en le livrant aux balles de ses hommes. Apprenant cette nouvelle, son fils Steven McDougall déserte l'armée et revient au pays pour venger son père. Sitôt alertés, les hommes de Lopez se préparent à tuer Steven.



Parfois, il n'y a nul besoin de réinventer la poudre, mais seulement besoin de de la faire parler pour bien faire. Creuse ta tombe, j'aurai ta peau en est le parfait exemple. Sans rire, on doit plus tirer ici que dans tous les westerns classiques américains réunis, ça n'arrête pas ! D'ailleurs, le film annonce tout de suite la couleur et s'ouvre avec l'exécution très cruelle du père du héros se faisant coller 17 balles dans la peau. Non vraiment, on est pas ici pour économiser de la poudre. Mais les félons qui ont fait ça ont certainement oublié une chose : en Italie, le chiffre 17 porte malheur et nous ne sommes pas dans un western américain, mais italien ! Malheur à eux ! Comme le dit si bien le titre très poétique français, ils peuvent d'ors et déjà creuser leur tombe !
Bien que sorti en Italie après Sette dollari sul rosso (Gringo joue sur le rouge en Français), Perchè uccidi ancora ? est le premier western italien d'Anthony Steffen, mis en boite par son réalisateur fétiche Edoardo Mulargia pour qui il s'agissait aussi de son tout premier western. Il est cosigné avec le réalisateur Espagnol José Antonio de la Loma, même s'il semblerait que son nom ne soit utilisé que pour faire plaisir à la coproduction espagnole.
Le Brésilien Anthony Steffen aura beau devenir l'un des premiers rôles les plus actifs du western italien et espagnol, deux mois avant le début du tournage du film, il ne savait même pas monter à cheval. Un vrai pied tendre ! Mulargia l'envoya donc prendre quelques leçons intensives. Il devint si doué que durant une poursuite, il parvint même à tirer les six coups de son révolver sans toucher les rênes. Un cowboy était né. Cette anecdote est racontée par Mulargia lui même dans un bonus que vous pouvez retrouver dans l'édition Tropique du Cancer, chez le Chat qui fume.
S'il date de 1965, le film est sorti tardivement en France, puisqu'il faudra attendre décembre 1971 pour qu'il traverse la frontière, si mes informations sont bonnes. Bien qu'assez connu par les aficionados du genre, notamment pour sa grande violence pour l'époque, la VF est introuvable et aucun DVD ou même VHS du film n'a été éditée chez nous. Dommage, vu la faible durée du film, on avait peut-être une chance d'avoir un doublage français intégral. J'ai découvert le film grâce à l'édition allemande et j'ai constaté que non seulement le film était pas mal du tout, mais qu'en plus il était aussi assez court et peu bavard. Je me suis donc dit que je pouvais bien entièrement vous le sous-titrer pour vous le faire découvrir. Au final, quand même un peu plus de 600 lignes, mais des dialogues assez simples et concis, qui ne m'auront pas pris plus de deux jours. Puisqu'on ne peut pas parler de la VF, notons tout de même qu'Anthony Steffen est doublé en italien par le charismatique Adalberto Maria Merli, dont on a parlé il y a peu sur la fiche de Manœuvres criminelles d'un procureur de la République.
Le DVD allemand n'était pas mal, mais il avait un énorme défaut : la piste originale italienne était décalée vers les 35 minutes, le son prenant un peu d'avance sur l'image. Cela rendait la vision du film assez éprouvante. J'ai donc réglé ça, mais c'est quand même assez fou de laisser passer ce genre de choses pour des professionnels.
Sans être un "must have", le film est très plaisant et sa simplicité en fait sa force. Rythmé, bourré d'action et pourvue de la belle partition de Felice di Stefano, on ne s’ennuie pas une seconde, même s'il ne surprendra guère les passionnés du genre. Nous en sommes encore au début du western spaghetti, cela se sent, mais le film se démarque déjà des films à l'américaine et s'avère bougrement efficace. Edoardo Mulargia, à la base scénariste qui nous vient du Péplum, sait exploiter au mieux son budget serré et profite bien d'un excellent casting comportant, en plus du débutant Anthony Steffen, l'acteur espagnol José Calvo (très célèbre pour son rôle de Silvanito, le tavernier de Pour une poignée de dollars) ainsi que la belle italienne Ida Galli, que vous connaissez peut-être sous le pseudonyme d'Evelyn Stewart. L'année 1965 sera d'ailleurs assez faste pour la belle Ida, puisqu'elle tournera également deux westerns avec Giuliano Gemma : Le Dollar troué et Adios Gringo. Comme dans ce dernier, la pauvre Ida Galli subira d'ailleurs les pires tortures dans Creuse ta fosse, j'aurai ta peau. A noter que vous pouvez retrouver une interview fleuve passionnante de l'actrice dans l'édition du film La Nuit des diables, toujours chez Le Chat qui fume et que j'ai eu l'honneur de sous-titrer aussi.
Si par miracle quelqu'un possède la version française du film, surtout, n'hésitez pas à me contacter. En attendant, je vous souhaite une bonne vision de la toute première collaboration entre Steffen et le réalisateur Mulargia.

Repack 1.1 (le 19/04/2017) 

J'avais oublié de virer des points sur une ligne. Ces points étant un repère pour le début où la fin d'une correction !
Je vous ai mis les sous-titres à part, vous pourrez les remuxer vous même. Sinon, l'archive 1.1 corrige désormais le problème.





Sous-titres seuls (1.1) :


Lien 1.1 Mp4 Lite (1 Go) :

... à venir...

Version Youtube avec sous-titres activables :


MDP : indianagilles

35 commentaires:

  1. Un grand merci pour ce western inédit avec Anthony Steffen, la belle Evelyn Stewart...

    RépondreSupprimer
  2. Super !
    Elle est bien cool ta chaîne YouTube !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on peut le voir avec les sous titres
      mais pas l'enregistrer avec les sous titres sur dvd

      Supprimer
  3. Merci beaucoup Indianagilles pour ce "spaghetti" inédit que tu nous proposes.

    RépondreSupprimer
  4. merci, c'est un beau cadeau !

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci pour ce film en HD.

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. C'est du Haut Dévouement, peut-on dire ? Merci pour l'attention, concernant la version lite.

      Supprimer
  7. Merci Indianagilles pour ce partage de "spaghetti"

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour la version lite et pour tout le bouleau accompli.

    RépondreSupprimer
  9. Un grand merci Gilles, pour ce western tourné dans le désert de Tabernas, visité il y a peu...paysages magnifiques! Et un Anthony Steffen déjà avec un talent unique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désert autour de Huesca/Fraga, Aragon, et Studios Balcazar, Esplugas City, pour le village.

      Un lien direct utile:

      http://y-yasuda.net/fraga-seros.htm

      Supprimer
    2. Et le dossier d'exploitation original Espagnol de cette production Balcazar (Barcelone.)

      http://monnomestpersonne1973.blogspot.fr/search/label/Por%20Que%20Seguir%20Matando%20%3F

      Supprimer
    3. Merci Jo, j'ai rajouté le lien en bas de la fiche.

      Supprimer
  10. Merci pour le cadeau l'ami.
    Si j'ai de la chance, je devrai rencontrer Ida Galli d'ici peu.... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... 50 ans trop tard ;) Je sors...

      Supprimer
    2. La bise de ma part. Depuis que j'ai traduit son interview fleuve pour le Chat qui fume, j'ai l'impression qu'on est intimes !

      Supprimer
    3. Elle est encore très élégante pour son âge et très humaine. Je lui passerai le message une fois à Rome.

      Supprimer
    4. Merci à toi, gros veinard. En tout cas, elle a l'air très gentille et semble s'être amusée comme une petite folle durant sa belle carrière au cinéma. Elle semble aussi très modeste.

      Supprimer
  11. merci beaucoup pour cette version lite de ce vieux western que tu nous propose

    RépondreSupprimer
  12. Je ne connaissais pas du tout. Alors voilà un visionnement parfait pour le weekend pascal. Merci beaucoup Indy pour cette nouvelle découverte comme toujours de qualité :-)

    RépondreSupprimer
  13. Trop cool!!
    Merci beaucoup indianagilles pour cette pepite inedite!!
    Et merci également de nous proposez une version lite qui reste de tres belle facture!!

    RépondreSupprimer
  14. Mille fois merci pour cet inédit en ce qui me concerne.

    RépondreSupprimer
  15. merci bien ! je possède déjà le dvd espagnol alors je serai heureux d'y rahouter tes sous-titres :)

    RépondreSupprimer
  16. je confirme, le film est bien sorti tardivement chez nous. même si la production de western s’essoufflait, les cinémas de quartier en programmaient encore beaucoup, avant de céder à la vague des films de Hong-Kong. Celui-ci je l'ai vu au Cocorico, cinéma à l'époque bien délabré, du boulevard de Belleville. Je n'en ai gardé aucun souvenir... voilà l'occasion de se rafraîchir la mémoire et certainement dans de meilleures conditions. Merci pour la v.o.

    RépondreSupprimer
  17. Merci j'en profite pour demander si un futur repack de Sugar Colt est à l'ordre du jour ? Il y a un rip du bd allemand qui est dispo depuis peu : Rocco der Mann mit den zwei Gesichtern 1966 German DL 1080p Bluray x264. Encore merci pour tes supers rpk Indianagilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vraiment, mais ça peut être une idée.

      Supprimer
    2. Pas grave j'ai fait ma synchro pour Sugar Colt le bd allemand propose heureusement la version longue comme pour le dvd français (qui propose la VF avec passages en italien pour les scènes inédites) faut juste que je synchro encore les st forced et c'est bon pour moi. Merci pour ta réponse et longue vie à ton blog.

      Supprimer
    3. Ah ok, je ne savais même pas qu'il y avait un DVD français ^^

      Supprimer
    4. Si tu veux proposer ton repack ici, ce sera volontier au fait :)

      Supprimer
  18. Bonjour et un merci immense pour le travail effectué pour ces sous-titres ! Dis Indiana j'ai une petite question, je sais que tu es très pointilleux sur les détails et la qualité de tes repacks (pour notre plus grand bonheur ^^). Ma question est de savoir donc, au vu de la taille de tes dvdrip, s'il s'agit bien comme je le pense d'un remux que tu nous proposes à chaque fois (notamment concernant l'image), et donc d'une qualité maximale possible (sans recompression donc) ? Merci de ta réponse par avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les DVD, en effet, c'est sans compression. Pour les versions HD, par contre, il y a compression, sinon ce serait vraiment trop gros pour moi et pour beaucoup. J'essaye de trouver un bon compromis en général quand c'est moi qui fait le rip (pratiquement toujours en fait). Mais je fais en sorte que ceux qui ont le Blu-ray peuvent remuxer la piste son de mon repack sans problème aussi, s'ils le veulent.

      Supprimer
    2. Merci de ta réponse ;-)

      Supprimer